La Banque centrale s’acquitte de ses responsabilités ?




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 11 juillet 2012  à 12 : 56 : 28
a

Le représentant légal de l’Organisation Non Gouvernementale, Parcem, Parole et Action pour le Changement le réveil de la Conscience et le Changement des Mentalités, Faustin Ndikumana, indique que les taux de crédits bancaires élevés résultent de l’absence de libéralisation du secteur bancaire et du manque d’implication de la BRB dans la limitation des taux de crédits.

Cette réaction de Parcem fait suite aux déclarations du Syndicat Général des Commerçants, SYGECO, à travers son président, Audace Bizabishaka, qui dit que les banques se sont regroupées en une association qui décide des taux de crédit de la part des clients. Audace Bizabishaka dit que cette association fait la pluie et le beau temps au lieu de laisser la porte ouverte à la concurrence.

De la part de Faustin Ndikumana, ces banques profitent de l’ignorance de la population dans la façon dont les crédits sont demandés. Il dit qu’en général, les clients sont contraints au système de crédit dit linéaire, cher à payer.

Outre que le crédit linéaire est élevé, les banques et les établissements financiers s’approvisionnent dans la banque centrale à un taux directeur de plus de 12 pour cent, soit le taux directeur le plus élevé dans la sous la sous région selon lui. De la part de Faustin Ndikumana, ce taux directeur accule les banquiers et chefs d’établissements financiers à élever davantage les taux de crédits pour ne pas travailler à perte.

La personne X a contracté un crédit de 1.2OO.OOOfBU à la BNDE à rembourser en deux ans. Il a reçu 94O.OOOfbu. Pendant les deux ans, il a payé 1.6O.OOOFbu. Pour lui, il ya un écart énorme entre la somme d’argent à payer comme crédit et celle qui a été transférée sur son compte.

Faustin Ndikumana estime que ces deux variables expliquent aujourd’hui la grogne des clients des banques qui contractent les crédits.

Le président de SYGECO dit, la mort dans l’âme, que les banques ont vendu les hypothèques de certains clients suite à ces taux élevés.

Pour venir à bout de cette difficulté qui, selon lui, ne favorise pas le développement économique, la banque centrale devrait amener de l’ordre dans le système bancaire burundais notamment en adoptant le taux directeur le moins élevé.

Ce faisant, telle sera aussi une opportunité pour les banques de réduire aussi les taux d’intérêt pour les demandeurs de crédits. L’association des banques devrait être supprimée pour permettre la libre concurrence comme dans le secteur de la télécommunication aujourd’hui.

La BRB a dit depuis longtemps que l’amélioration des conditions d’accès aux crédits n’est pas dans les prérogatives de cette institution. Cette réaction, qui sème un tollé général aujourd’hui, est interprétée par le SYGECO comme une manière pour la BRB de s’écarter de ses missions.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1090 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 6 %)

Commerce : Salon industriel, une occasion en or pour le pays !,(popularité : 5 %)

EAC : Les procédures douanières et transitaires doivent être professionnalisées,(popularité : 4 %)

Bujumbura frappé par la pénurie du ciment,(popularité : 3 %)

Barrage Jiji-Murembwe : La BAD accorde 22 millions de dollars,(popularité : 3 %)

Quand la loi bloque les activités commerciales,(popularité : 3 %)

Le budget 2016 voté par le parlement burundais,(popularité : 3 %)

La BRB met la main sur les devises des personnes morales, PARCEM en voit une crise,(popularité : 3 %)

Muyinga : Le crédit warrantage : un moyen de sécuriser la production agricole au Nord du Pays,(popularité : 3 %)

La création d’une union monétaire n’est pas pour demain ,(popularité : 3 %)