Crise bancaire:L’intervention des expert vaut la peine




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 17 juillet 2012  à 10 : 31 : 32
a

« Les banques au Burundi relèvent du secteur privé en général. Ll’Etat a des actions minimes dans les banques. La BRB a l’obligation de suivre les travaux des banques car le privé ne vise qu’à ses intérêts, ce sont les propos de Faustin Ndikumana, président de l’organisation de Parole et Action pour le Réveil de la Conscience et le Changement des Mentalités, PARCEM en collaboration avec le Syndicat Général des Commerçants, SYGECO en réaction contre les propos du Gouverneur de la Banque Centrale au cours de la semaine écoulée selon lesquels la BRB n’a pas de prérogatives à s’ingérer dans les difficultés qui opposent les Banques et leurs clients.

Depuis plus de trois mois en effet , une guerre de mot fait parler de lui dans le pays entre la Banque Centrale et le SYGECO sur le problème de taux de crédit bancaire élevé .

Le président du SYGECO, Audace Bizabishaka, dit que suite aux cas de violations des normes de taux de crédits dont sont imputables les banques, plus de 18000 commerçants et autres fonctionnaires sont aujourd’hui qualifiés de délinquants de la part des banques dans le pays et par conséquent ne peuvent plus bénéficier de crédits dans une banque.

Audace Bizabishaka a indiqué à la presse que la banque centrale a failli de sa mission en cessant de suivre de près le travail des banques. Sous couvert d’ironie, il a dit que lors des récentes déclarations sur les médias, les administrateurs directeurs à savoir celui de la Banque de Gestion Financement, BGF et celui de la Banque Commerciale de Bujumbura, BANCOBU, ont oublié de dire que les deux banques ont aussi vendu les hypothèques des clients, par personnes interposées en violations des normes en vigueur au Burundi.

De la part de Faustin Ndikumana, les spécialistes en économies et autres expert devraient se mettre ensemble pour dénouer ce climat et surtout pour inciter la Banque Centrale à faire preuve d’innovation pour que la croissance économique et la libéralisation de ces deux secteurs deviennent des réalités au Burundi. Pour lui, la BRB a failli à sa mission en disant qu’elle n’a pas de droits pour suivre les activités des banques .

« L’Ouganda et le Niger ont fait preuve d’innovation pour développer le secteur agricole. L’Ouganda n’a plus de problème de famine pour avoir contraint certains ingénieurs agronomes à contracter les crédits à faibles taux d’intérêts. Le Niger a développé le même secteur et aujourd’hui la population de ce pays demande des crédits pour pouvoir développer ce secteur » a souligné Faustin Ndikumana.

Cette réaction de ces deux organisations a lieu à quelques après jours de la réunion du premier vice président de la république avec les responsables bancaires. Les clauses de cette réunion ne sont toujours pas connues selon SYGECO.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

640 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Du dégel « gelé »



a

Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe



a

Burundi : La Régideso face à la demande accrue d’eau et d’électricité



a

Bujumbura : arrestation de deux agents d’une agence de crypto-monnaie



a

Mwaro : les friands des avocats dans le spleen



a

Bururi -Rumonge : 8 « promoteurs » de grève des transporteurs arrêtés



a

ECONOMIE- Mwaro : une pénurie de mazout fait le bonheur des spéculateurs



a

Le prix du kilo de l’huile de palme grimpe



a

Bujumbura frappée par la pénurie du mazout



a

Rumonge : aucun navire congolais n’a accosté au port commercial ce lundi





Les plus populaires
Burundi : Du dégel « gelé »,(popularité : 96 %)

Rutana : Les cultivateurs de canne à sucre demandent l’augmentation du prix d’une tonne,(popularité : 14 %)

Des véhicules de l’armée, de la police, des ONG, des ambulances dans la fraude ,(popularité : 11 %)

Foire informatique : Les jeunes moins intéressés ,(popularité : 11 %)

Serait- il actionnaire de Burundi- Brewery ?,(popularité : 11 %)

Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe ,(popularité : 11 %)

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation,(popularité : 10 %)

Burundi : De nouveaux tarifs de contrôle technique rejetés par le ministère de tutelle,(popularité : 10 %)

Kahawatu, un autre partenaire du secteur café ,(popularité : 9 %)

Economie : "Le secteur minier doit être régulé",(popularité : 9 %)