C’est la désolation pour ce burundais chassé de la Tanzanie




Par: Dieudonné Nzeyimana , vendredi 20 juillet 2012  à 14 : 04 : 41
a

Chassé de la Tanzanie, mains vides, Zacharie regrette surtout d’avoir été séparé de sa famille sous prétexte qu il n’avait pas doté sa femme, les défenseurs des droits humains demandent au gouvernement burundais de prendre la question en main.

Assis près du bureau communal de Muyinga où il est arrivé ce mercredi 18 juin, Zacharie Ndarugirire n’a d’autres richesses que ses chaussures dites yebo yebo et les habits qu’ il porte !

Ce septuagénaire a été chassé de Mwanza en Tanzanie, pays de son refuge depuis 1973.

Ce retour vers le pays natal, le BURUNDI, a été forcé et très pénible. Dérobé de tous ses avoirs, le voyage de Mwanza jusqu’au poste de douane de Kobero) frontière burundo tanzanienne) a été assuré par la police tanzanienne.

« Rentrer au pays est une bonne chose mais c’est traumatisant quand on est forcé de regagner sa patrie séparé de toute sa famille : femme et enfants », estime Zacharie.

Etranger dans le pays de Mwalimu Nyerere, Zacharie avait épousé une Tanzanienne. En chassant cet irrégulier du sol tanzanien, il n’a pas eu le droit de rentrer avec sa famille. On lui aurait signifié que sa femme et ses enfants ne lui appartiennent pas car il n’avait pas payé la dot conformément à la tradition du clan de son épouse (UMUKURYA).

« De la sorte je suis chassé seul et pauvre comme si pendant plus de trente ans rien n’est à mon actif », poursuit Zacharie.

Les militants des droits de l’homme crient au secours

Pour les défenseurs des droits humains, c’est au gouvernement burundais de négocier la préservation de certains des droits des refoulés.

D’après un observateur au sein de l’ APPRODH (Association pour la Protection des Doits des Détenus et des Droits Humains), des cas de Burundais chassés dépouillés de tout sont fréquents, il revient au gouvernement burundais de se concerter avec le gouvernement tanzanien pour voir comment renvoyer les irréguliers en toute dignité.

Certains des droits devraient être préservés, la question de la séparation des familles devrait susciter plus d attention, opinion qui recoupe celle de l’administrateur de la commune de Muyinga lorsque il s’exprimait sur le problème d’une quarantaine de femmes chassées de la Tanzanie séparées de leurs époux, c’était au mois d’avril. Entre temps la police de Muyinga promet d’aider Zacharie à regagner sa commune natal:VUMBI.

Décidément le vieux Zacharie est engagé à recommencer une autre vie, le seul préalable : retrouver ses parentés de Vumbi où il compte se réintégrer après trente et neuf ans d’exil.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

491 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents scolaires



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %





Les plus populaires
Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents scolaires ,(popularité : 13 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 7 %)

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo ,(popularité : 4 %)

Université du Burundi : La commémoration des massacres reportée à la dernière minute ,(popularité : 3 %)

Muyinga/ Lancement de "AMASHIGA" pour lutter contre la malnutrition chronique,(popularité : 2 %)

Une représentation élue mais non reconnue des étudiants à l’Université du Burundi,(popularité : 2 %)

Le Burundi se dote d’un premier centre de traitement d’Ebola,(popularité : 2 %)

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats,(popularité : 2 %)

Karusi : Un hôpital équipé mais qui manque de médecins spécialisés,(popularité : 2 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 2 %)