C’est la désolation pour ce burundais chassé de la Tanzanie




Par: Dieudonné Nzeyimana , vendredi 20 juillet 2012  à 14 : 04 : 41
a

Chassé de la Tanzanie, mains vides, Zacharie regrette surtout d’avoir été séparé de sa famille sous prétexte qu il n’avait pas doté sa femme, les défenseurs des droits humains demandent au gouvernement burundais de prendre la question en main.

Assis près du bureau communal de Muyinga où il est arrivé ce mercredi 18 juin, Zacharie Ndarugirire n’a d’autres richesses que ses chaussures dites yebo yebo et les habits qu’ il porte !

Ce septuagénaire a été chassé de Mwanza en Tanzanie, pays de son refuge depuis 1973.

Ce retour vers le pays natal, le BURUNDI, a été forcé et très pénible. Dérobé de tous ses avoirs, le voyage de Mwanza jusqu’au poste de douane de Kobero) frontière burundo tanzanienne) a été assuré par la police tanzanienne.

« Rentrer au pays est une bonne chose mais c’est traumatisant quand on est forcé de regagner sa patrie séparé de toute sa famille : femme et enfants », estime Zacharie.

Etranger dans le pays de Mwalimu Nyerere, Zacharie avait épousé une Tanzanienne. En chassant cet irrégulier du sol tanzanien, il n’a pas eu le droit de rentrer avec sa famille. On lui aurait signifié que sa femme et ses enfants ne lui appartiennent pas car il n’avait pas payé la dot conformément à la tradition du clan de son épouse (UMUKURYA).

« De la sorte je suis chassé seul et pauvre comme si pendant plus de trente ans rien n’est à mon actif », poursuit Zacharie.

Les militants des droits de l’homme crient au secours

Pour les défenseurs des droits humains, c’est au gouvernement burundais de négocier la préservation de certains des droits des refoulés.

D’après un observateur au sein de l’ APPRODH (Association pour la Protection des Doits des Détenus et des Droits Humains), des cas de Burundais chassés dépouillés de tout sont fréquents, il revient au gouvernement burundais de se concerter avec le gouvernement tanzanien pour voir comment renvoyer les irréguliers en toute dignité.

Certains des droits devraient être préservés, la question de la séparation des familles devrait susciter plus d attention, opinion qui recoupe celle de l’administrateur de la commune de Muyinga lorsque il s’exprimait sur le problème d’une quarantaine de femmes chassées de la Tanzanie séparées de leurs époux, c’était au mois d’avril. Entre temps la police de Muyinga promet d’aider Zacharie à regagner sa commune natal:VUMBI.

Décidément le vieux Zacharie est engagé à recommencer une autre vie, le seul préalable : retrouver ses parentés de Vumbi où il compte se réintégrer après trente et neuf ans d’exil.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

512 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge ,(popularité : 20 %)

La sexualité reste un sujet tabou au Burundi. Alors ?,(popularité : 12 %)

Burundi : La lèpre, une maladie qui frappe encore la population burundaise ,(popularité : 10 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 10 %)

Burundi : Les chiffres des personnes vivant avec handicap mental vont augmentant,(popularité : 10 %)

Rumonge : Les personnes vivant avec le VIH/SIDA en difficultés,(popularité : 9 %)

Commémoration du 22e anniversaire de l’assassinat des élèves du Lycée Kibimba,(popularité : 9 %)

Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé,(popularité : 9 %)

Une bactérie cultivée au Burundi pour jouer le rôle de complément nutritif et réguler les maladies chroniques,(popularité : 9 %)

Société : Anniversaire de la Radio Isanganiro, un ouf de soulagement aux familles de Cashi,(popularité : 9 %)