Peut- on en arriver jusque là au nom de l’amour ?




Par: Marc Niyonkuru, , samedi 28 juillet 2012  à 09 : 51 : 45
a

Inédit mais vrai, depuis ce lundi de la semaine, une jeune fille à la fleur de l’âge est hospitalisée dans un des hôpitaux de la Mairie de Bujumbura suite à des coups de couteaux qu’elle a reçus de la part d’un jeune qui prétendait à la prendre pour femme mais sans succès.

Tout a commencé en effet l’année écoulée, un jeune homme du nom de Willy Minani a demandé la main de cette jeune fille de près d’une vingtaine d’année comme le confirme sa mère. Le jeune homme au lieu de conjurer sa douleur a plutôt terrorisé cette jeune fille allant jusqu’à la fouetter selon les propos de la mère de la victime.

Suite à l’implication de cette mère, les deux familles se sont rencontrées en présence des autorités locales de Kamesa dans la commune de Kanyosha pour débattre autour de ce problème entre la fille et le jeune homme.

En présence des autorités locales, les deux familles avaient demandé à ce jeune homme d’abandonner ce projet puisque cette fille était encore jeune c’est-à-dire en cinquième année de l’école primaire.

Minani Willy, ce jeune homme n’a pas cependant obtempéré selon toujours nos sources. Ce lundi vers 11 heures, heures de Bujumbura, la mère de la victime indique que cet homme est venu dans la maison de cette jeune fille à l’insu de tout le monde un coup de couteau à la main. « Et si je te tuais, y aurait une suite malheureuse de ma part ? » C’est la seule question qu’il lui a posée avant de lui enfoncer un coup de couteau à la gorge, au niveau de l’oreille et à coté des seins.

L a mère de cette fille demande à la famille de ce jeune homme de payer les soins de santé parce qu’elle avait été au courant du comportement de ce jeune homme depuis longtemps . Plus d’un s’interroge aujourd’hui de la signification d’une telle pratique au nom de l’amour. L’auteur du forfait se trouve aujourd’hui entre les mains de la police




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

963 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé,(popularité : 10 %)

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 % ,(popularité : 9 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 9 %)

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille,(popularité : 9 %)

Père Noel donne la joie aux touts petits,(popularité : 9 %)

EDUCATION/Pas de désœuvrement dans les classes de 9 ème à kabezi,(popularité : 9 %)

MWARO : Les écoles à internat sont au point-mort à quelques jours de la rentrée scolaire,(popularité : 9 %)

Aucun retrait sur les comptes de Maison Shalom et de Barankitse,(popularité : 9 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 8 %)

Les hôpitaux privés très affectés par la crise,(popularité : 8 %)