Guerre de mots entre l’OLUCOME et le ministère à la bonne gouvernance




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 2 août 2012  à 15 : 05 : 08
a

Issa Ngendakumana, le ministre à la bonne gouvernance et de la privatisation, indique que le président de l’OLUCOME a fait de l’immixtion au regard de ses récentes déclarations sur la gouvernance au sein de ce ministère.

Tout remonte en effet au début de la semaine quand Gabriel Rufyiri a dénoncé l’engagement de la femme du directeur général des services aéronautique en violations des normes d’une femme du directeur des services aéronautiques en violation selon lui.

Il a dénoncé d’autres disfonctionnements qui jalonnent ce ministère notamment la concession de l’exploitation du port de Bujumbura à des personnes qui seraient proches du parti au pouvoir et le fait que le véhicule personnel du président de la cour des comptes soit loué en violations des normes.

Le président de l’OLUCOME avait au cours de cette conférence de presse dit que le ministre à la bonne gouvernance ne serait pas capable d’empêcher que le service national des renseignements Burundais met en application ce projet parce que ce projet est déjà connu au niveau de la présidence de la république.

La réaction du ministre à la bonne gouvernance est sans équivoque. Dans un communiqué de presse qu’il vient de rendre public, il indique que le président de l’Olucome s’est ingéré dans des affaires qui ne relèvent pas de ses compétences. Il dit que les arguments avancés par le président de l’OLUCOME ne sont ni réels ni fondés.

Pour le ministre ayant en charge la bonne gouvernance, le président de l’OLUCOME ignore la loi et les règlements en vigueurs au Burundi. Il ya amalgame dans les propos de l’OLUCOME et celui-ci devrait endosser les responsabilités de ses dires de la part d’Issa Ngendakumana .




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

675 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Sous pression, le président suspend l’attribution du terrain de l’ancien marché central aux chinois,(popularité : 27 %)

Le barème d’octroi des ordres et frais de mission réorganisé au Burundi,(popularité : 18 %)

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 13 %)

Le Burundi prie ses partenaires d’ouvrir le porte-monnaie, des conditions évoquées ,(popularité : 9 %)

Les hôtels burundais en phase de réanimation,(popularité : 6 %)

La vie chère est une triste réalité l’Archevêque de Bujumbura, Mgr Ngoyagoye déplore ,(popularité : 6 %)

Burundi : La Regideso hausse le prix du courant électrique ,(popularité : 5 %)

Le Burundi pourrait importer de l’internet de la Tanzanie ,(popularité : 3 %)

La REGIDESO relègue à l’écart la misère de la population,(popularité : 3 %)

Trop d’impôt tue l’impôt à Makamba ,(popularité : 3 %)