Actualité thématique

Economie


Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe

Environnement


Sud du Burundi : vers la disparition de la réserve naturelle forestière de Vyanda ?

Justice/Droits de l’homme


Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré

Nouvelles de l’EAC


1 million de dollars américains sur 25 millions de dollars que le Burundi doit à l’EAC

Politique


Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?

Santé


Un don de 45 millions d’euros a été octroyé au ministère de la Santé par l’Union européenne

Sécurité


Bubanza : un détenu tabassé par un OPJ à Musigati

Société


Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises

Sport et culture


Nkazamyampi organise la première édition de marathon pour la paix à Bujumbura


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 31 ntwarante 2019

Débat


Ku nama, 17 ruheshi 2019

Diaspora


Karadiridimba, 9 Ruheshi 2019

Economie


Umuyange, 16 ndamukiza 2019

Emissions musicales


Uburundi buraririmba, 6 rusama 2019

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 9 rusama 2019

Jeunesse


Tweho, 8 nzero 2019

Justice


Nkingira, 10 rusama 2019

Mugona iki ?


Aho iwanyu havugwa amaki, 27 rusama 2019

Société


Ukuri gushirira mu kuyaga, 19 rusama 2019 (Ngendanganya Adrien), 1ere partie


La société civile et la mairie de Bujumbura à couteau tiré




Par: Désiré Nimubona , lundi 6 août 2012  à 18 : 14 : 00
a

Les organisations de la société civile burundaises engagées dans la campagne contre la vie chère accusent le Maire de la ville de Bujumbura Evrard Giswaswa, qui, selon ces organisations, veut interdire les responsables des hôtels de ne pas accepter des réunions, ateliers ou autres que son cabinet n’aura pas autorisé.

Selon les organisations, en conférence de presse ce lundi matin, chaque individus a le droit de faire des réunions pourvu que les lois soient respectées.

Par ailleurs, indiquent-elles, il ne s’agit pas de demander la permission pour tenir des réunions, mais il faut plutôt informer le maire de la ville sur la tenue d’une réunion ou d’un rassemblement, ce que ces association disent avoir fait.

Le point de discorde est la lettre du 31 juillet 2012, du maire de la ville aux gérants des hôtels à Bujumbura rappelant que « les manifestations publiques (conférence, séminaires, point de presse, etc) non organisées par l’autorité gouvernementale doivent être préalablement autorisées par le Maire de la ville de Bujumbura ou son délégué ».

Les organisations de la société civile et syndicales du Burundi ont souligné qu’à travers cette lettre, le maire de la ville de Bujumbura a expressement fait violation fragrante de la Constitution de la république qui garantit la liberté de réunion ainsi que des instruments internationaux que le pays a ratifiés.

Les organisations avaient appelé aux citadins et tous ceux qui peuvent à répondre à une conférence publique que ces organisations avaient organisée sur la montée des prix en général ces derniers jours, et la poursuite de leur campagne contre la vie chère en particulier.

La conférence qui été fixée à l’Hôtel Water Front (ex Novotel) a été interdite par le Maire de la ville de Bujumbura, accusant ces organisations de n’avoir pas demandé la permission dans les délais.

Gabriel Rufyiri, coordinateur de cette campagne contre la vie chère du côté de la société civile, avait annoncé, par téléphone, que ce sont des manœuvres de faire taire les organisations de la société civile et les syndicats qui s’étaient mobilisés pour la campagne contre la vie chère et le payement de l’IPR pour les dignitaires.

La conférence publique avait été reportée pour ce mardi à Bujumbura dans l’Hôtel Water Front même.

Dès le début de cette année, les organisations de la société civile et les syndicats se sont mis ensemble pour faire pression sur le Gouvernement afin que ses hauts cadres payent de l’IPR. Ces organisations avaient aussi demandé un audit financier de la compagnie publique de l’eau et d’électricité, Regideso, et la mise en place d’un cadre de dialogue permanent entre la société civile et le Gouvernement. Jusqu’à présent, l’impôt sur revenu des dignitaires n’est pas encore prélevé, tandis que les prix continuent à monter au vu de tous.

Cependant, en mai dernier, le Gouvernement avait supprimé certains taxes sur de denrées alimentaires jusqu’en décembre de cette année, une mesure qui avait donné espoir à ces organisations, mais qui avait été jugé insuffisante.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

896 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises



a

Burundi - ONGs : le ministère de la Solidarité invite les ONG partenaires d’allers sur terrain



a

Muyinga : des familles inquiètes suite à un verdict de la CNTB



a

Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école



a

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés



a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger



a

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises





Les plus populaires
Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais,(popularité : 18 %)

Un monument qui n’est pas le bienvenu au Burundi !,(popularité : 18 %)

Ex-Etat : pas de défis majeurs sauf quelques absences et retards ,(popularité : 17 %)

Burundi : La réhabilitation de la RN3 pour bientôt,(popularité : 16 %)

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 % ,(popularité : 15 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 15 %)

Une bactérie cultivée au Burundi pour jouer le rôle de complément nutritif et réguler les maladies chroniques,(popularité : 15 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 14 %)

La brigade spéciale anti-corruption veut commencer par les jeunes pour éradiquer la corruption,(popularité : 14 %)

Rwanda :les réfugiés burundais transférés vers Kirehe,(popularité : 13 %)