Les Batwa : Indépendants certes, mais victimes de défis aussi




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 9 août 2012  à 18 : 42 : 57
a

Les membres de l’association « Unissons nous pour la promotion des Batwa » ont animé une conférence de presse dans laquelle ils ont indiqué que certains Burundais de l’ethnie Batwa sont encore des citoyens de seconde zone en raison de la servitude autour de la terre dont ils sont encore victimes. Honorable Nicayenzi , la représentante légale de l’association UNIPROBA , a dit que l’indépendance pour cette catégorie de burundais se cherche encore.

Elle a relevé une liste d’au moins 5 provinces pour illustration dans lesquelles la servitude reste une triste réalité à savoir Ngozi, Bururi, Muramvya, Kayanza et Mwaro. De la part de Libérate Nicayenzi, certes le Burundi a été indépendant mais cette situation accule les Batwa dans une extrême pauvreté.

Vital Bambanze , a fustigé les cas de vol qui sont portés contre les Batwa de manière injuste ici et là dans les provinces du Burundi. Certaines jeunes filles de leur part ont été victimes de viol mais la police s’est toujours gardée de mettre de la lumière sur ce dossier.

Selon Vital Bambanze , l’accord d’Arusha et les autres textes de lois qui régissent ce pays n’accordent pas de places politiques à la catégorie des Batwa alors que cela transparait pour les autres ethnies du Burundi. L’éducation est aussi une valeur qui se cherche encore particulièrement à l’école secondaire malgré certains des cas de satisfactions par rapport aux années antérieures.

Pour lui, les mesures de discriminations positives valent la peine d’être instaurées dans la catégorie des Batwa car celle-ci a été écartée dans l’histoire socio politique de ce pays.

Jean Luc Marx, le représentant du secrétaire général des Nations Unies et chef de division des droits de l’homme a estimé de sa part que la valeur d’un pays réside dans la façon dont il traite les citoyens les plus vulnérables.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

466 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %





Les plus populaires
Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques,(popularité : 5 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 5 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 4 %)

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo ,(popularité : 4 %)

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.,(popularité : 4 %)

Ebola : Fausse alerte à Rumonge ,(popularité : 3 %)

Gitega : Une fillette malformée attend beaucoup de vos gestes charitables,(popularité : 3 %)

Université du Burundi : La commémoration des massacres reportée à la dernière minute ,(popularité : 3 %)

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika ,(popularité : 3 %)

Bujumbura : Les habitants de Gisyo crient au secours,(popularité : 3 %)