Actualité thématique

Economie


Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe

Environnement


Sud du Burundi : vers la disparition de la réserve naturelle forestière de Vyanda ?

Justice/Droits de l’homme


Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré

Nouvelles de l’EAC


1 million de dollars américains sur 25 millions de dollars que le Burundi doit à l’EAC

Politique


Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?

Santé


Un don de 45 millions d’euros a été octroyé au ministère de la Santé par l’Union européenne

Sécurité


Bubanza : un détenu tabassé par un OPJ à Musigati

Société


Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises

Sport et culture


Nkazamyampi organise la première édition de marathon pour la paix à Bujumbura


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 31 ntwarante 2019

Débat


Ku nama, 17 ruheshi 2019

Diaspora


Karadiridimba, 9 Ruheshi 2019

Economie


Umuyange, 16 ndamukiza 2019

Emissions musicales


Uburundi buraririmba, 6 rusama 2019

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 9 rusama 2019

Jeunesse


Tweho, 8 nzero 2019

Justice


Nkingira, 10 rusama 2019

Mugona iki ?


Aho iwanyu havugwa amaki, 27 rusama 2019

Société


Ukuri gushirira mu kuyaga, 19 rusama 2019 (Ngendanganya Adrien), 1ere partie


Un silence complice sur les défis de la gouvernance




Par: Marc Niyonkuru, , samedi 18 août 2012  à 10 : 04 : 16
a

L’Observatoire de l’Action Gouvernementale a rendu publique ce vendredi une étude sur l’état des lieus de la gouvernance au Burundi au cours du premier trimestre de cette année dans laquelle elle montre que les deux chambres du parlement n’ont pas répondu de manière efficaces aux préoccupations de la population en matière de gouvernance.

Cette étude qui a été faite par le professeur de l’Université du Burundi Siméon Barumwete montre que, durant cette période, les institutions ont connu une stabilité politique. Le président de la république avait, au cours de son message à la nation promis la révision de la constitution afin que la bonne gouvernance devienne une réalité mais jusqu’à présent la population n’est pas au courant de l’évolution de cette promesse.

Le président de la république avait aussi promis de mettre en place la commission vérité et réconciliation mais les divergences subsistent parmi les hommes politiques burundais quant à la façon dont sa composition devrait être. Le pouvoir de Bujumbura souhaite que les membres de celle-ci soient des Burundais uniquement mais les autres la préfèrent mixte a signalé Siméon Barumwete .

Il a dit que cette période a aussi été caractérisée par une insécurité grandissante particulièrement dans la province de Bubanza où les hommes armés se sont affrontés avec les militaires causant la mort d’au moins 41 personnes. Pour lui, cette terminologie qui a été utilisée pour qualifier ces personnes armées de « bandits armés » prête à confusion au regard des pertes en vues humaines qui ont été enregistrées pendant ces attaques.

Le consultant de l’ OAG a en outre indiqué que le pouvoir de Bujumbura a collaboré de manière malsaine d’une part avec les organisations de la société civile, les médias et les organismes internationaux de défense des droits de l’homme et avec les partenaires au développement d’autre part . Il a relevé plus de 4 cas de correspondances qui ont été transmises par certains membres pays de l’Union Européenne sur la problématique de la bonne gouvernance au Burundi.

Il a dit que les organisations de la société civile ont toujours été prises par le pouvoir de Bujumbura comme ayant l’objectif de noircir l’image du pays dans le souci de bénéficier des fonds. Leurs déclarations sur le mal de la corruption et les malversations économiques et sur les cas de violations des droits de l’homme ont toujours été considérées comme des propos d’un opposant politique, a signalé Siméon Barumwete.

Au lieu d’analyser ces propos sous un autre angle, les deux chambres du parlement ont gardé un silence complice sur les problèmes auxquels font face les Burundais que ces organisations n’ont cessé de dénoncer.

Pour l’OAG, le pouvoir de Bujumbura devrait être favoriser le débat contradictoire et surtout créer un climat propice au retour au pays des leaders politiques en exil pour que la bonne gouvernace devienne une réalité .




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

909 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur





Les plus populaires
Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?,(popularité : 69 %)

La plus belle ambassade des Etats Unis en Afrique est au Burundi ,(popularité : 15 %)

Ils seraient sur le point d’être réconciliés ,(popularité : 14 %)

Muyinga/L’évêque du diocèse catholique dénonce les messages divisionnistes,(popularité : 14 %)

« Dialogue » ou « Monologue » ?,(popularité : 14 %)

Le président somalien en visite au Burundi ,(popularité : 14 %)

Des réactions légèrement divergentes sur la démission de Mkapa ,(popularité : 14 %)

Les Imbonerakure en veulent à Anselme Nyandwi ,(popularité : 14 %)

Le facilitateur Mkapa jette officiellement l’éponge ,(popularité : 13 %)

La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 13 %)