Où en est on avec la politique de charroi zéro ?




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 22 août 2012  à 19 : 33 : 42
a

Le président de l’OLUCOME, Gabriel Rufyiri, dit que la politique du charroi zéro tel qu’elle avait été promise par le président de la république est loin de devenir une réalité.

Dans une conférence de presse tenu ce mardi à Bujumbura, Gabriel Rufyiri a indiqué que le gouvernement de Bujumbura avait promis en 2009 la politique de tolérance zéro. Il avait décidé, selon toujours M. Rufyiri, de diminuer le budget allant jusqu’à connaitre une réduction sensible de près de la moitié, c’est-à-dire qu’il était passée de 22 milliards à 11 milliards en 2010. Mais il déplore le fait que ce budget soit passé de 10 en 2010 à plus 16 milliards de nos francs en 2011.

Comme solution de sortie de cette situation, Gabriel Rufyiri propose au gouvernement de Bujumbura d’octroyer des crédits aux dignitaires de ce pays pour qu’ils achètent leurs propres véhicules à l’instar du gouvernement Rwandais.

"Cette stratégie pourrait amener les autorités de ce pays qui sont la plupart des week end à l’intérieur du pays avec les véhicules de l’Etat à apprendre à être conséquent aux consommations,’ a-t-il dit.

Il en a profité pour demander à certaines autorités de ce pays de ne pas participer avec les véhicules de l’Etat aux croisades d’évangélisation que la famille du président de la république, Pierre Nkurunziza , a prévues en province de Gitega du 23 au 26 de ce mois.

Le porte-parole du président de la république, Willy Nyamitwe, a dit que le président de la république utilisera ses propres véhicules au cours de cette manifestation religieuse.

Une croisade religieuse dans laquelle il sera question pour ladite famille de remercier Dieu des deux ans qu’elle vient de passer au pouvoir au cours du second mandat, c’est-à-dire depuis 2010.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1081 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes



a

Karusi : le lait de vache versé par manque de marchés



a

Une semaine aux responsables de la Regideso pour "rectifier le tir"



a

Le Lac Tanganyika , une voie de transport moins exploitée au Burundi



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout





Les plus populaires
Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes ,(popularité : 38 %)

Le Lac Tanganyika , une voie de transport moins exploitée au Burundi ,(popularité : 10 %)

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau ,(popularité : 9 %)

Nickel de Musongati : le gouvernement sort de son silence ,(popularité : 7 %)

Une semaine aux responsables de la Regideso pour "rectifier le tir",(popularité : 6 %)

EAC : Les procédures douanières et transitaires doivent être professionnalisées,(popularité : 6 %)

L’usine de fabrication de la boisson Gubwaneza, fermée ,(popularité : 6 %)

Rutana : Les cultivateurs de canne à sucre demandent l’augmentation du prix d’une tonne,(popularité : 5 %)

Kahawatu, un autre partenaire du secteur café ,(popularité : 5 %)

Le parlement renvoie au gouvernement le projet de loi sur le payement des impôts des cadres de l’Etat ; les indignés se dévoilent ,(popularité : 5 %)