Ce projet de loi ne créera-t-il pas de remous à l’instar de celui sur la presse ?




Par: Marc Niyonkuru, , lundi 27 août 2012  à 10 : 12 : 52
a

« Nulle part au monde la loi n’est élaborée par les personnes qu’elle concerne en premier lieu. Par ailleurs, les organisations de la société civile ont, à plusieurs reprises, été contactées à travers beaucoup de débats, » ce sont les propos d’Edouard Nduwimana, ministre burundais de l’intérieur au cours d’une conférence de presse ce jeudi à propos d’un projet de loi régissant les organisations de la société civile qui est actuellement à la table du gouvernement.

Dans l’entre temps comme le confirme le délégué général du Forsc, Pacifique Nininahazwe, les organisations de la société civile disent qu’elles n’ont pas encore été consultées pour des imperfections éventuelles puisque qu’elle les concerne.

La question dont plus d’un se pose aujourd’hui est celle de savoir si ce projet de loi qui se trouve au niveau du gouvernement ne risque pas de créer des remous comme celui qui régit la presse puisque, selon les professionnels des médias, il avait été rédigé en catimini.

Il y a des institutions spécialisées chargées de l’étude des lois à mettre en place de la part du ministre de l’intérieur.

"La grogne en matière de loi fera toujours parler d’elle aussi longtemps qu’il y aura des hommes," a-t-il souligné.

Le ministre Nduwimana dit que cette loi viendra plutôt corriger certaines lacunes, en comparaison avec celle qui était en vigueur au pays.

Une des innovations de ce projet de loi qui a connu beaucoup de contributions des organisations de la société civile est, selon le ministre de l’intérieur, la suppression de certains articles qui se trouvaient dans l’ancienne loi.

Désormais, les consultations entre la société civile, le gouvernement de Bujumbura et l’administration pourront être régulières comme il l’a souligné.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

461 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité



a

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI



a

Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité"



a

Pourquoi s’acharner au candidat du Cndd-Fdd, s’interroge le SG



a

Le Burundi face à deux capitales



a

Burundi : ONGE Avocats Sans Frontiers ferme son bureau à Bujumbura



a

Coopération : Conflit burundo-rwandais, un casse-tête pour la CIRGL



a

Le président Nkurunziza réclame un Sommet extraordinaire de l’EAC



a

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface



a

Burundi : L’assemblée nationale renouvelle l’équipe de la CVR





Les plus populaires
Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité ,(popularité : 7 %)

Manif anti 3è mandat : Un agent du SNR tue un militaire de la FDN à Musaga,(popularité : 7 %)

La commune urbaine de Mukaza a de nouveaux dirigeants,(popularité : 6 %)

Election 2015 : la suspension de l’aide n’a pas eu d’impact significatif,(popularité : 6 %)

Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité",(popularité : 5 %)

Les communes de la Mairie de Bujumbura réduites à trois ,(popularité : 5 %)

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !,(popularité : 5 %)

Une majorité de burundais soutiennent la limitation des mandats présidentiels à 2 ,(popularité : 5 %)

Un examen spécial sur le Burundi à Genève depuis ce jeudi,(popularité : 4 %)

Le torchon brûle au sein du FROLINA ,(popularité : 4 %)