Comment assoir une justice fiscale au Burundi ?




Par: Marc Niyonkuru, , lundi 27 août 2012  à 10 : 37 : 59
a

L’organisation Parole et Action pour le Réveil de la Conscience et le Changement des Mentalités, PARCEM, dit que le gouvernement de Bujumbura devrait faire preuve d’innovation pour que tous les citoyens s’acquittent des obligations fiscales pour ainsi asseoir une justice fiscale dans le pays.

Au cours d’un point de presse ce vendredi, Faustin Ndikumana, président de PARCEM, a indiqué que certains domaines de la vie économique de ce pays sont pratiquement défiscalisés.

Il a donné pour illustration le cas du secteur informel. Pour lui, des études approfondies devraient avoir lieu dans ce secteur pour montrer la façon dont les personnes qui y travaillent s’acquitteraient des obligations fiscales. Cette stratégie permettrait d’encaisser de l’argent dans le trésor de l’Etat, a-t-il dit.

Le président de Parcem a indiqué que les signes extérieurs de richesse devraient être tenus en considération pour obliger le citoyen lambda à s’acquitter de l’obligation fiscale.

Selon lui, certains hauts dignitaires qui, cependant, n’ont pas de compte fiscal, construisent de belles villas. A certains moments, le peuple se demande l’origine de toutes ces œuvres, raison pour laquelle il faudrait mieux que les citoyens se mettent ensemble aussi pour définir les stratégies à mettre en place pour que cette partie de la population paie les impôts en tenant compte de signes extérieurs de richesse.

Il a qualifié d’illogique le fait que le gouvernement ait rehaussé les prix des produits Brarudi pour encaisser plus de 10 milliards de Francs Bu au lieu d’empêcher la fuite de plus de 20 milliards observés à travers les cas de facilités observés d’exonérations.

Il a demandé aux membres des deux chambres du parlement de s’acquitter de cette obligation pour assoir une justice fiscale dans ce pays.

Cette sortie médiatique de Parcem a eu lieu au moment où un projet de loi portant sur l’impôt sur les revenus est en cours d’étude.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

692 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : démarrage des travaux de construction hydroélectriques de Jiji et Murembwe



a

Burundi : La Régideso face à la demande accrue d’eau et d’électricité



a

Bujumbura : arrestation de deux agents d’une agence de crypto-monnaie



a

Mwaro : les friands des avocats dans le spleen



a

Bururi -Rumonge : 8 « promoteurs » de grève des transporteurs arrêtés



a

ECONOMIE- Mwaro : une pénurie de mazout fait le bonheur des spéculateurs



a

Le prix du kilo de l’huile de palme grimpe



a

Bujumbura frappée par la pénurie du mazout



a

Rumonge : aucun navire congolais n’a accosté au port commercial ce lundi



a

Des boissons brarudi à destination de la RDC saisies au port commercial de Rumonge





Les plus populaires
Burundi : La Régideso face à la demande accrue d’eau et d’électricité,(popularité : 13 %)

ECONOMIE- Mwaro : une pénurie de mazout fait le bonheur des spéculateurs,(popularité : 7 %)

Burundi : La Regideso hausse le prix du courant électrique ,(popularité : 5 %)

Extension de la palmeraie dans les zones potentiellement palmicoles du Burundi, l’OHP satisfait du pas franchi,(popularité : 4 %)

Des véhicules de l’armée, de la police, des ONG, des ambulances dans la fraude ,(popularité : 4 %)

Rutana : Les cultivateurs de canne à sucre demandent l’augmentation du prix d’une tonne,(popularité : 4 %)

Exercice 2013 : La BCB réalise un bénéfice de 2 milliards ,(popularité : 4 %)

Burundi : De nouveaux tarifs de contrôle technique rejetés par le ministère de tutelle,(popularité : 4 %)

Des amarantes amères : un problème de semences ,(popularité : 4 %)

Muyinga/L’avocat, produit d’exportation,(popularité : 4 %)