‘’ L’appel des leaders politiques en exil au retour au pays est une intrigue’’




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 29 août 2012  à 18 : 30 : 14
a

Les partis rassemblés au sein de l’Alliance des Démocrates pour le Changement, ADC-Ikibiri, indiquent qu’il y a encore nécessité d’un débat politique pour que les exilés politiques regagnent le Burundi.

Au cours d’un point de presse de ce mardi, en réaction contre la proposition du président de la république du Burundi qui demande aux leaders politiques en exils à regagner le pays, l’ADC-Ikibiri a dit que le gouvernement burundais n’a aucune volonté d’écouter l’opposition extraparlementaire.

En effet, au cours de son message à la nation, le président de la république, Pierre Nkurunziza, avait signalé que dans le souci de mieux préparer les élections de 2015, certaines innovations politiques vont voir le jour.

Il s’agit, selon le président Nkurunziza, de la mise en place de la nouvelle composition des membres de la Commission Electorale Nationale Indépendante car celle de 2010 a déjà terminé son mandat. Il a précisé que les membres de cette commission seront des hommes et femmes connus pour leur intégrité.

Selon toujours le président burundais, la constitution de la république du Burundi et la loi communale seront révisées pour répondre aux exigences du moment. Il a ainsi invité les leaders politiques en exil à regagner le pays pour que les élections se déroulent sans ambages.

François Nyamoya qualifie d’intrigues théâtrales les propos du président de la république. Pour lui, beaucoup de choses restent à être faites par le gouvernement de Bujumbura.

Il a dit que le cas Alexis Sinduhihije est emblématique à plus d’un titre. Celui-ci a failli être arrêté en Tanzanie sur ordre de la justice Burundaise, a-t-il ajouté.

De la part du porte-parole du MSD, le pays devrait d’abord mettre la lumière sur le procès avant de l’inviter au retour dans le pays. Pour lui, le débat contradictoire n’est pas au rendez-vous parmi les acteurs politiques de Bujumbura parce que les propos de l’opposition ne sont jamais tenus en considération dans les différentes politiques.

En appelant aujourd’hui les leaders politiques en séjour à l’étranger, le pays veut faire semblant de montrer une image positive à la communauté internationale pour bénéficier des appuis financiers de la part des bailleurs de la part de François Nyamoya, porte-parole du parti MSD.

Le président de l’Alliance Démocratique pour le Changement, Léonce Ngendakumana, de sa part estime que le pouvoir de Bujumbura devrait effectuer des visites de travail dans les pays où ces leaders politiques ont eu refuge pour s’imprégner de leurs préoccupations.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

646 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 18 %)

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC,(popularité : 3 %)

Burundi : Fin des 8 mois pour la proposition des articles de la constitution à amender ; le rapport toujours tenu secret ,(popularité : 3 %)

Affaire Bamvuginyumvira : Le pouvoir devrait privilégier le débat ,(popularité : 2 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 2 %)

La CSTB en contradiction avec les lois en vigueur au Burundi,(popularité : 2 %)

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni,(popularité : 2 %)

La politique de décentralisation reste lacunaire selon le Senat ,(popularité : 2 %)

Mbonabuca s’attaque aux médias et à la société civile ,(popularité : 2 %)

La chambre basse du parlement a-t-elle été convaincue ?,(popularité : 2 %)