Parc de la Ruvubu : Où sont les gestionaires du patrimoine de l’Etat ?




Par: , jeudi 30 août 2012  à 15 : 52 : 59
a

Si l’ on se rappelle que ce Parc National était l’un des réserves riches en Faune et Flore et que chaque année des centaines de hectares partent en fumée, sa situation actuelle devrait inspirer de la désolation à tous les Burundais dont cette réserve constitue une fierté, mais particulièrement aux gestionnaires des affaires de l’Etat.

Malheureusement, l’état des lieux de ce parc laisse penser à une attitude de désintéressement de la part du gouvernement quant à sa protection. En l’espace de trois mois, la moitié du Parc de la Ruvubu à été consumée, soit une superficie de 250 km².

Depuis l’entrée de ce parc du côté de la commune Kigamba à Cankuzo, des collines entières sont à découvert. Sans oublier l’absence des animaux qui, habituellement, croisaient le chemin des passants qui empruntent la Route Cankuzo Muyinga. Il est rare de voir aujourd’hui les singes qui sautent d’un arbre à l’autre.

Des braconniers n’ont aucun moindre souci de ce patrimoine, ils recourent au feu pour mieux chasser les gibiers. Difficile de dire s’il s’agit d’un simple braconnage ou de la pyromanie.
Plus loin, les chants des oiseaux ont été remplacés par le bruit des scies. Les eucalyptus font aujourd’hui objet d’un business convoité.

Le responsable du parc indique que la situation est inquiétante et plaide pour la mise en place de lois efficaces pouvant garantir la protection de la réserve.

Son inquiétude concerne beaucoup plus les arbres naturels car la forêt de la Ruvubu est parmi les réserves naturelles. Evariste Buvyiruke croit que les arbres plantés peuvent être utilisés comme d’autres plantations.

Mais l’on se demande ce qui restera de cette réserve, si d’un côté le feu détruit tout ce qui est sur son passage, et de l’autre, l’homme abat les reboisements.

Au sénat burundais, la situation de l’environnement semble susciter une certaine attention de quelques sénateurs. Pierre Buyoya et sylvestre Ntibantunganya, tous anciens chefs d’Etat, conçoivent mal comment le gouvernement ne parvient pas à protéger le peu de parcs dont le pays dispose.

Pierre Buyoya propose qu’une partie de la police soit affectée à la protection de l’environnement. Sylvestre Ntibantunganya s’interroge sur le comportement des Députés qui observent impuissamment l’inaction des autorités administratives.

L’ampleur de la destruction de l’environnement au Burundi est aussi inquiétante que Ntibantunganya parle du crime qui tend à devenir bientôt un crime contre l’humanité.

Ces derniers jours, certains administrateurs communaux ont été démis de leurs fonctions à cause de leur hostilité à l’environnement dans les communes placées sous leurs responsabilités.

Le Ministre de l’environnement, Jean Marie Nibirantije, affiche une volonté de secourir la faune et la flore au Burundi, mais visiblement il se heurte au manque de soutien du reste de l’équipe gouvernementale.

A cette indifférence des décideurs burundais s’ajoute une dangereuse méfiance de la population face à l’importance de l’environnement.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

972 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Sud du pays : plusieurs espèces sauvages disparues



a

Rumonge : neuf ans après, la jacinthe d’eau toujours présente à Rumonge



a

Bujumbura : diminution de la production de poisson, des parlementaires s’interrogent



a

Bururi : Des agriculteurs attendent toujours de l’engrais payé



a

Bujumbura : Le dépotoir de Buterere sera bientôt transféré à Muzinda



a

Rumonge : Kanyenkoko, victime des inondations



a

Edito : Bujumbura disparait à petit feu



a

Bujumbura : la colline Uwinterekwa menacée des fissures



a

Muyinga. Des habitants s’organisent pour parer au ravinement continu des rues



a

Que deviennent les occupants de la zone réservée à la station d’épuration de Buterere ?





Les plus populaires
TBC : plus de 200 ha de canne à sucre détruits par le feu,(popularité : 14 %)

GASHINYIRA ,Un site historique non entretenu,(popularité : 14 %)

Bubanza : chenilles défoliantes qui ravagent les cultures ,(popularité : 13 %)

Bujumbura : Le dépotoir de Buterere sera bientôt transféré à Muzinda ,(popularité : 12 %)

La région de Muguruka perd 16.300.000 tonnes de terre par an à cause de l’érosion ,(popularité : 12 %)

Muyinga/Construction de plus d’une dizaine de blocs sanitaires au chef-lieu de la Province,(popularité : 12 %)

La Route Nationale 3 de nouveau coupée,(popularité : 11 %)

Aménagement de la déviation sur la Muguruka, il faudra encore attendre,(popularité : 11 %)

Que deviennent les occupants de la zone réservée à la station d’épuration de Buterere ?,(popularité : 10 %)

La météo de nouveau fâchée contre Buyengero et Rumonge,(popularité : 9 %)