Combien de Burundais disposent-ils d’un compte bancaire ?




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 4 septembre 2012  à 16 : 56 : 18
a

"Un compte en banque ne vaut pas beaucoup de choses. Le gouvernement de Bujumbura devrait mettre la transparence dans le système bancaire afin de permettre à la population de profiter de certains des avantages bancaires," ce sont les propos d’Audace Bizabishaka, président du Syndicat Général des Commerçants, SYGECO.

Dans une interview avec M. Bizabishaka ce mardi sur le récent rapport de la banque centrale qui montre que près 48000 personnes au Burundi ont accès à un compte bancaire dans une institution financière, soit 12,5% de la population qui devraient en avoir, il a indiqué que certains citoyens ont peur de s’engager à déposer leur argent en banque.

Selon ce rapport qui a été élaboré par la banque de la république du Burundi (BRB) en collaboration avec une association canadienne du nom de Développement international Desjardins, 3,9 millions de Burundais devraient disposer d’un compte en banque parce qu’ils sont adultes, mais curieusement, plus de 3,3 millions en sont exclus.

Le taux de possession d’un compte est cinq fois plus élevé en zones urbaines qu’en zones rurales et les provinces dans lesquelles ce taux est le moins élevé sont Rutana, Karuzi et Ruyigi selon toujours ce rapport.

Le taux de possession d’un compte bancaire varie énormément selon les catégories socioéconomiques, peut-on lire dans ce rapport.

Le taux atteint plus de 87,5% dans chez les salariés de l’Etat, 52,1% chez les salariés du secteur privé, 30,1% chez les commerçants et 5, 3 % chez les exploitants d’une parcelle agricole.

Ce document montre aussi que les femmes ne constituent que 28, 3% de la clientèle des institutions de micro finance. Cette situation est un décalage avec celle observée dans la plupart autres pays où les femmes sont majoritairement représentées dans le secteur des micro-finances, selon toujours ce document.

Ce rapport explique que les principaux obstacles à l’ouverture d’un compte sont entre autre le manque de revenu en argent, l’incapacité à épargner et la difficulté de réunir le montant minimum exigé.

La BRB à travers ce rapport indique que les institutions financières devraient faire davantage d’efforts pour rendre leurs services plus accessibles aux femmes, aux jeunes et aux travailleurs du secteur informel notamment en milieu rural.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

647 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 16 %)

Le café burundais remporte la première place au cup of excellence,(popularité : 5 %)

Muyinga/L’avocat, produit d’exportation,(popularité : 5 %)

Office du Thé du Burundi lance une nouvelle ligne du thé vert,(popularité : 5 %)

Serait- il actionnaire de Burundi- Brewery ?,(popularité : 5 %)

Le Burundi gifle 53 importateurs de carburant,(popularité : 5 %)

L’OAG s’inscrit en faux contre le "deux poids deux mesures" sur l’IPR,(popularité : 5 %)

Kahawatu, un autre partenaire du secteur café ,(popularité : 5 %)

Le parlement renvoie au gouvernement le projet de loi sur le payement des impôts des cadres de l’Etat ; les indignés se dévoilent ,(popularité : 5 %)

Muyinga/Les commerçants reconstruisent eux-mêmes les marchés,(popularité : 5 %)