Inégale circulation de la monnaie : Une entrave pour l’accès au crédit




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 4 septembre 2012  à 16 : 43 : 40
a

" Les banques et établissement financiers devraient certes accorder une place choix au secteur agricole pour que l’inégale répartition de la circulation monétaire cesse, mais de prime abord, bannir à jamais les tricheries qui font parler d’elles dans le secteur bancaire" ce sont les propos d’Audace Bizabishaka le représentant du Syndicat Général des Commerçants , SYGECO ce mardi au cours d’un point de presse à propos un récent document sur l’inclusion financière au Burundi.

Dans ce document en effet, la banque centrale en collaboration avec une association micro financière canadienne appelée "Développement international Desjardins" montrent que les banques commerciales et les institutions micro-financières évoluent sur des marchés distincts au Burundi, c’est- à- dire que les micro finances sont plus présentes à l’intérieure du pays tandis que les banques sont plus proches des villes.

Selon ce document, le montant moyen d’épargne par client est vingt fois plus élevé dans les banques que dans les institutions micro financières. Le montant moyen de crédit y est neuf fois plus élevé par rapport à celui des institutions de micro finances .

Un autre écart réside dans les dépôts entre ces deux types d’institutions financières.

La BRB indique qu’avec seulement 22% des épargnants à travers le pays, les banques commerciales attirent 85% dans les caisses de l’ensemble des dépôts qui ont lieu ici et là dans le pays. Cela laisse sous entendre qu’à l’intérieur du pays la circulation monétaire est beaucoup moins prononcée qu’en Mairie de Bujumbura où se trouvent les sièges des institutions financières les plus importantes .

Une des tares par rapport à cette pratique est, selon ce document de la BRB, la difficulté à accéder au crédit pour la population Burundaise. Pour illustration, environ 3% de la population adulte, soit moins de 15000 personnes, ont eu accès au crédit en 2011 , a-t-on souligné dans ce document.

Quelles devraient être les innovations à mettre en œuvre pour que la population ait accès au crédit ? Le gouvernement devrait mettre en place un programme accéléré de titrisation des terrains et des bâtiments construits à travers les communes par les citoyens.

Le gouvernement pourrait aussi intervenir dans ce secteur afin de corriger des problèmes structurels dans l’offre des services financiers et prévenir des faillites éventuelles comme cela a été observé en 2009, lit-on toujours dans ce document.

Il devrait aussi s’assurer que les taux appliqués sur les crédits demeurent raisonnables surtout lorsque la méthode de calcul appliquée est linéaire, a-t-on indiqué à travers ce document.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

593 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 9 %)

L’OBR face au manque du civisme fiscal ,(popularité : 6 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 5 %)

Serait- il actionnaire de Burundi- Brewery ?,(popularité : 5 %)

Des vices dans le projet de loi portant Budget de l’Etat 2013 ,(popularité : 5 %)

La transparence de la caisse du marché central mise en cause,(popularité : 5 %)

Le syndicat des commerçants sommé de disparaitre,(popularité : 5 %)

La monnaie burundaise flotte, que faire ?,(popularité : 5 %)

Le café burundais à l’ agonie, l’Intercafé Burundi alerte ! ,(popularité : 5 %)

Les experts se penchent sur la vie économique de l’EAC au Burundi avant l’Union Monétaire ,(popularité : 5 %)