Un projet de loi sur la presse décrié par plus d’un




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 30 août 2012  à 17 : 26 : 32
a

Les acteurs de la vie politiques burundaise et la société civile plaident demande à l"Assemblée Nationale de na pas adopter le projet de loi sur la presse qui se trouve aujourd’hui au niveau du parlement en attente d’être voté.

Au cours des débats de la synergie des médias ce mercredi, les membres de la société civile burundaise, les politiques, les confessions religieuses et autres, ont relevé pas mal d’imperfections de ce projet, le qualifiant même de liberticide.

Fréderic Bamvuginyumvira, vice président du parti FRODEBU a indiqué qu’en confectionnant ce nouveau projet de loi sur la presse de cette manière, le gouvernement veut réduire au silence tous les citoyens. Pour lui, ce nouveau projet va inéluctablement créer un retour en arrière de la dynamique démocratique actuelle.

De sa part, Monseigneur Bernard Ntahoturi de l’Eglise Anglicane a signalé que par rapport aux autres pays de la sous région, l’un des piliers et en même temps source de survie de la démocratie pour le Burundi est la liberté de la presse. Selon lui si une fois cet acquis était mis en cause, la démocratie Burundaise dira bonjour à des défis multiples.

Jean Marie Vianney Kavumbagu, l’un des commissaires de la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme, CNIDH, a estimé que ce nouveau projet de loi sur la presse ne sera pas seulement lourde de conséquences pour la population, mais aussi le pouvoir de Bujumbura.

L’ancien président de la république et en même temps sénateur, Sylvestre Ntibantunganya, a dit que ce projet de loi est lacunaire car il contient, dans la plupart de ces articles, plus de sanctions que de droits.

Le parlement de Bujumbura devrait protéger la liberté d’expression car celle-ci est un élément catalyseur de la démocratie au Burundi selon lui.

François Bizimana, porte du parti CNDD, indique ce projet de loi ne coïncide pas avec la constitution car elle accorde le pouvoir juridictionnel au Conseil National de Communication, ce qui est en soi une aberration.

Mais pourquoi un tel projet source de polémiques ? Le porte-parole du gouvernement de dire que le pouvoir de Bujumbura a initié ce projet de loi dans le but d’amener les journalistes à travailler dans le respect de la loi en vigueur au pays.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

533 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 9 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 5 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 5 %)

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni,(popularité : 5 %)

Rumonge : Un élu du peuple dénonce une intolérance politique,(popularité : 4 %)

« Toutes les équipes au complet »,(popularité : 4 %)

Burundi : Samantha Power appelle au respect des droits de l’homme et la Constitution ,(popularité : 4 %)

Quelles innovations après deux mandats à la tête du pays ? ,(popularité : 4 %)

Perriello : Le Gvn’t burundais doit permettre un dialogue inclusif,(popularité : 4 %)

Sénatoriales en cours à travers le pays,(popularité : 4 %)