Quid sur la déclaration de guerre contre Bujumbura




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 5 septembre 2012  à 10 : 14 : 13
a

Le président de l’ADC-Ikibiri, Léonce Ngendakumana s’est inscrit en faux contre ce qu’il a appelé "la déclaration de guerre qui a été annoncé contre le pouvoir de Bujumbura par le général Aloys Nzabampema", ancien membre du FNL lundi de cette semaine.

Dans une conférence de presse animée ce mardi à Bujumbura, le président de l’Alliance Démocratique pour le Changement a indiqué que l’ADC-Ikibiri, l’organisation politique dont il est à la tête, conçoit les récents propos d’Aloys Nzabampema comme une pure et simple manipulation.

Il a dit que jusqu’à présent le leader du FNL à savoir Agathon Rwasa n’a rien dit à l’ADC-Ikibiri qui montre que cet homme aurait embrassé le choix des armes pour faire la guerre contre Bujumbura.

Pour lui, les propos d’Aloys Nzabampema comme quoi les FNL veulent faire la guerre contre Bujumbura semblent être une intrigue à d’autres rebondissements.

"Probablement que le pouvoir de Bujumbura veut encore créer la confusion parmi les membres de l’ADC-Ikibiri", a dit Léonce Ngendakumana.

Il estime que les membres de l’ADC-Ikibiri pourraient encore être victimes des mobiles d’un homme dont cette coalition de l’opposition ignorent encore les mobiles à travers les dires à l’instar du cas Kabirigi à Cankuzo où près de 200 personnes furent massacrées, selon toujours le président de l’Alliance Démocratique pour le Changement.

Il faudra aussi voir dans les propos du Général Aloys Nzabampema une manière pour Bujumbura de vouloir perturber les échéances électorales de 2015, a souligné Léonce Ngendakumana.

La révision de la constitution, le projet de loi sur la presse au Burundi et d’autres pratiques qui sont d’actualité, ont des liens avec les élections de 2015 selon cet homme politique, raison pour laquelle il faudrait aussi ne pas s’écarter de cette réalité en analysant les propos d’Aloys Nzabampema.

Contacté par téléphone à partir de l’étranger où il se trouve refugié, le porte-parole du parti FNL d’Agathon Rwasa, Aimé Magera n’a pas reconnu la paternité de son parti de cette déclaration de guerre contre le pouvoir de Pierre Nkurunziza. Il a dit que le FNL est un parti politique qui a abandonné la stratégie de la lutte armée.

Selon ce porte parole du FNL, branche d’Agathon Rwasa, les propos d’Aloys Nzabampema ne sont pas du tout actuellement conformes aux idéaux du parti FNL.

Du coté de la société civile, Pacifique Nininahazwe, Délégué Général du FORSC, s’interroge sur les mobiles de cette déclaration entachées de zones d’ombres, indiquant que FORSC est contre le recours à la violence.

Il indique que les burundais qui rêvent encore faire la guerre pour arriver au pouvoir manquent de vision politique car le Burundi, troisième pays le plus pauvre de la planète, a plutôt encore à faire sur le chemin de la réconciliation de son peuple.

"Le pays risque d’enregistrer davantage de veufs et d’orphelins si une fois cette déclaration de guerre est vraie", conclut-il.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

847 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 6 %)

Le Service National des Renseignements du Burundi dit non au 3èmè mandat du Président Nkurunziza,(popularité : 5 %)

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais,(popularité : 4 %)

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI,(popularité : 3 %)

Allain Guillaume Bunyoni demis de ses fonctions ou seulement remplacé ? ,(popularité : 3 %)

Les acteurs politiques ont-ils besoin de la CVR ?,(popularité : 2 %)

La commune Giharo a un nouvel administrateur,(popularité : 2 %)

Divergeances sur le retour des restes du roi Mwambutsa IV au sein de sa famille ,(popularité : 2 %)

Un tollé autour d’une probable autre ‘’triste loi’’sur la TVA,(popularité : 2 %)

Lettres de noblesses envers Isanganiro,(popularité : 2 %)