La CENI de 2015 : Comment retoucher la constitution du Burundi




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 5 septembre 2012  à 18 : 20 : 46
a

L’UPRONA et L’Alliance Démocratique pour le Changement, ADC-Ikibiri, estiment que certaines dispositions du code électorales et de la constitution devraient être retouchées pour que les élections de 2015 se déroulent sans ambages, tels que cela ressort à travers les interviews que les responsables de ces organisations politiques ont accordées à la presse ce mercredi.

Ces déclarations font en effet suite aux propos du président de la république la semaine passée qui a indiqué que d’ici peu une nouvelle équipe de la CENI sera mise en place pour répondre de manière efficace aux échéances électorales de 2015. Il avait à la même occasion annoncé que la constitution nationale serait aussi amendée afin de répondre aux besoins de cette période.

Le président de l’UPRONA, Bonaventure Niyoyankana a, de sa part, dit que beaucoup d’aspects méritent d’être revus pour que les élections ne fassent pas objet de polémique comme en 2010.

Sans jamais être précis quant aux articles constitution et de la CENI qui méritent des retouches, Bonaventure Niyoyankana estime que les acteurs de la vie politique de ce pays devraient se mettre ensemble pour corriger les imperfections se trouvant dans les différents textes de lois actuels afin de permettre le progrès de la démocratie au Burundi.

Le ton est presque le même du coté de l’ADC-Ikibiri. Fréderic Bamvuginyumvira , vice président du FRODEBU, estime que le pouvoir devrait prévoir un cadre légal pour débattre de cette problématique. Selon lui, l’essentiel n’est pas de penser directement aux membres de la CENI car telle est une problématique d’ordre technique qui, inéluctablement, fera objet de débat.

Le président du parti CNDD, Léonard Nyangoma en exil, dit que les acteurs de la vie politique de ce pays devraient de prime abord débattre de ces questions au lieu que seul le président de la république prenne lui-même les décisions en écartant les autres hommes politiques.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

906 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 7 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 4 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 4 %)

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni,(popularité : 4 %)

Muyinga : Le drapeau national, symbole cher ? ,(popularité : 4 %)

Muyinga : La Tanzanie et le Burundi clarifient leurs frontières ,(popularité : 3 %)

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !,(popularité : 3 %)

Bujumbura voudrait amender quels articles dans la constitution ?,(popularité : 3 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 3 %)

Burundi : Le président Domitien NDAYIZEYE dans le viseur de parti présidentiel,(popularité : 2 %)