La famille de Yannick Nihangaza appelle Nkurunziza au sécours




Par: Désiré Nimubona , mardi 18 septembre 2012  à 08 : 50 : 36
a

Au moment où le président de la République Pierre Nkurunziza entame une visite d’Etat de trois jours en Inde, la famille de Yanninck NIhangaza, cet étudiant burundais agressé en avril dernier et en situation comateuse en Inde, veut l’implication de Nkurunziza, président de la République.

Selon l’avocat de la famille Me Pasteur Nzinahora, joint par téléphone ce matin, le président de la République est interpellé pour que l’Inde clarifie sa position en rapport avec l’assistance de Nihangaza et la poursuite en justice des présumés agresseurs de cet étudiants burundais.

Pasteur Nzinahora se montre inquiet par le fait que le Gouvernement indien n’a pas encore donné d’une manière écrite, la réponse aux différentes lettres lui adressées par le père de Nihangaza, actuellement garde-malade de son fils.

Nihangaza, étudiant en première année en Inde a été tabassé à mort par un groupe de jeunes indiens et, selon l’avocat de la famille de Nihangaza, ses bourreaux sont issus des familles influentes de l’Inde raison pour laquelle, l’implication du Gouvernement et surtout celle du président de la république est d’une grande nécessité.

Nkurunziza Pierre va séjourner en Inde, du 17 au 19 septembre. Lors de sa visite d’Etat, Nkurunziza va s’entretenir avec les hauts cadres de ce pays, à commencer par le président de la République et le vice-président indien.

Il va aussi s’entretenir avec une séries d’hommes d’affaires de l’Inde réunis dans les chambres de’ commerce et de l’Industrie de l’inde.

Début septembre 2012, le père de la victime, Nestor Ntibateganya a adressé une lettre au premier ministre de l’Inde, Manmohan Singh pour lui demander son intervention en faveur de son fils Yannick Nihangaza.

Aujourd’hui, souligne l’avocat de la famille, Pasteur Nzinahora les choses ne semblent pas avancer comme il faut. Selon lui, à part certains efforts de la part de l’ambassade du Burundi en Inde, ni le Gouvernement du Burundi, ni celui de l’Inde n’a posé jusqu’ici un geste en faveur de la justice de Yannick ou de ses soins de santé.

Notons qu’à chaque lettre écrite, le père de Nihangaza, ce jeune étudiant en comma depuis avril dernier, donnait une copie au président de la république Pierre Nkurunziza, à l’ambassade du Burundi en Inde, au Ministère de la justice de l’Inde, et au chef du Gouvernement de Punjab, Etat dans lequel Nihangaza avait été agressé, cette nuit du 21 avril 2012.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1169 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %



a

Bubanza : Classes pléthoriques, indicateur d’une forte croissance





Les plus populaires
Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 17 %)

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo ,(popularité : 5 %)

SOS : Plus de 40 millions à payer à l’hôpital pour libérer un enfant victime d’un incendie,(popularité : 4 %)

Education : Un sac de ciment pour valider l’inscription d’un nouvel élève ,(popularité : 3 %)

Burundi : Un hôpital couronné par le Président de la république,(popularité : 3 %)

Une guerre de mots entre Sérapion et Pontien,(popularité : 2 %)

Les réfugiés burundais rentrent au pays avec hésitation ,(popularité : 2 %)

La révision des textes de loi régissant la CNTB d’ici peu,(popularité : 2 %)

Ecole Fondamentale : Plus de patience pour son début SVP,(popularité : 2 %)

Un pasteur conservateur nous a quitté,(popularité : 2 %)