Actualité thématique

Economie


Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe

Environnement


Sud du Burundi : vers la disparition de la réserve naturelle forestière de Vyanda ?

Justice/Droits de l’homme


Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré

Nouvelles de l’EAC


1 million de dollars américains sur 25 millions de dollars que le Burundi doit à l’EAC

Politique


Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?

Santé


Un don de 45 millions d’euros a été octroyé au ministère de la Santé par l’Union européenne

Sécurité


Bubanza : un détenu tabassé par un OPJ à Musigati

Société


Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises

Sport et culture


Nkazamyampi organise la première édition de marathon pour la paix à Bujumbura


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 31 ntwarante 2019

Débat


Ku nama, 17 ruheshi 2019

Diaspora


Karadiridimba, 9 Ruheshi 2019

Economie


Umuyange, 16 ndamukiza 2019

Emissions musicales


Uburundi buraririmba, 6 rusama 2019

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 9 rusama 2019

Jeunesse


Tweho, 8 nzero 2019

Justice


Nkingira, 10 rusama 2019

Mugona iki ?


Aho iwanyu havugwa amaki, 27 rusama 2019

Société


Ukuri gushirira mu kuyaga, 19 rusama 2019 (Ngendanganya Adrien), 1ere partie


La lumière sur le carnage de Gatumba est pour quand ?




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 20 septembre 2012  à 08 : 49 : 22
a

Le président d’Association des Défense des Prisonniers et des Droits de l’Homme (APRODH) Pierre Claver Mbonimpa a indiqué, au cours d’un point de presse ce mardi, que cette association ne ménagera aucun effort pour que la lumière sur le dossier des massacres de Gatumba éclate au grand jour.

De la part de Pierre Claver Mbonimpa, ce dossier a été jalonné de manquements. Certaines personnes n’ont pas été interrogées au milieu des enquêtes. Outre que l’élément qui en savait plus sur le dossier n’est plus à savoir Mukono même celles qui avaient été citées après le carnage n’ont pas toutes été interrogées a t- il indiqué .

Certans hauts cadres de la police et de l’administration publique avaient été pointés du doigt par les organisations non gouvernementales et meme certains des accusés d’avoir joué un role dans ce carnage qui a coute la vie à 39 personnes.

La justice burundaise a qualifié ce carnage de crime contre l’humanité, selon le président de l’APRODH Pierre Claver Mbonimpa dans son point de presse.

Retour sur les faits

Nous sommes dans la nuit du 18 au 19 septembre 2011. Des personnes sont tuées à l’aide des fusils et des grenade au bar appelé « les Amis ». Sur le champ, près d’une vingtaine de personnes sont mortes sur place. D’autres mourront à leur arrivée dans les hôpitaux de Bujumbura. L’on enregistrera 39 personnes vers la fin et beaucoup de blessés suite à ce massacre. La matinée de l’attaque le président de la république se rend sur les lieus du drame accompagné de certains des diplomates accrédités à Bujumbura.
Il va ajourner son voyage à New York et décretera un deuil national de 3 jours.

Il annoncera lui-meme qu’une partie des assaillants seraient venus du Congo et mettra en place une commission d’enquete sur cette barbarie humaine qui a meme couté la vie à une nourisson.

Les médias ont reçu par après l’ordre de la part du conseil national de sécurité de ne pas diffuser, commenter un publier des informations ayant trait au massacre de Gatumba aussi longtemps que les enquêtes n’auraient pas pris fin.

Avant que la commission d’enquête n’ait rendu publique son rapport le Service National des Renseignements publié le sien. Ce rapport incriminait le FNL de RWASA Agathon, l’opposant politique du pouvoir de Bujumbura aujourd’hui en exil.

Celui-ci aurait agi en provenance de la République Démocratique du Congo où se trouveraient certains des ses frères d’armes selon ce rapport. Parmi les personnes arrêtées figurait notamment Ngendakuriyo Innocent alias Nzarabu , qui alors en était un des présumés accusés. Au cours d’une audience publique y relative Nzarabu a précisé qu’il avait agi sur demande de certains des hauts cadres de l’armée et de la police Burundaise, qui lui demandaient sa contribution pour mettre la main sur un certain Mukono. Finalement, il accusera ces hauts cadres de savoir beaucoup de choses sur ce carnage.

La justice hélas refusera la confrontation de Nzarabu avec les cadres en justice qu’il essayait de charger.

Aujourd’hui, Mukono est mort à partir de la RDC. Nzarabu de sa part se trouve sous les verrous, suite à une peine à perpetuité pronnoncé contre lui dans cette affaire.

De lourdes indemnisations des familles des victimes seront aussi annoncées dans ce procès. Le président de l’association pour la promotion des droits de l’homme et des détenus indique de sa part que la justice Burundaise a demandé une indemnisation de 841 millions de nos francs pour les victimes de ce procès dont elle qualifie de crime contre l’humanité. Il a signalé que visiblement les présumés accusés ne seront pas en mesure de payer cette somme au regard de peu de moyens à leurs dispositions parce qu’ils sont selon lui extrêmement vulnérables .




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

612 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré



a

Burundi-Médias : Que risque la RFI ?



a

Buta a commémoré le 22ème anniversaire de l’assassinat des 40 séminaristes, martyrs de la fraternité



a

Ruyigi : Les enfants incarcérés réclament une école



a

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison



a

L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi



a

La CNIDH change de "look"



a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC





Les plus populaires
Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi,(popularité : 15 %)

Les survivants du « génocide de 1972 » dans les rues de New York en mai ,(popularité : 10 %)

Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 9 %)

Les prisonniers de Mpimba visités par l’Ombudsman burundais,(popularité : 9 %)

Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré,(popularité : 8 %)

Buta a commémoré le 22ème anniversaire de l’assassinat des 40 séminaristes, martyrs de la fraternité,(popularité : 8 %)

Me Baribonekeza Jean Baptiste à la tête de la CNIDH ,(popularité : 8 %)

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes,(popularité : 8 %)

Muyinga /CVR Les agents de déposition sont déjà désignés sur les collines,(popularité : 7 %)

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux,(popularité : 7 %)