la Société civile plaidera pour le fincement du CSLP2




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 25 septembre 2012  à 17 : 21 : 47
a

Le président de la PARCEM, Parole et Action pour le Réveil de la Conscience et l’Evolution des des Mentalités Faustin Ndikumana appelle les bailleurs de fonds à soutenir financièrement le Burundi comme cela est attendu au cours de prochaine conférence des bailleurs de fonds sur le CSLP II prévue en octobre de cette année.

S’exprimant sur les attentes du Burundi dans le financement du CSLP II ce lundi, Faustin Ndikumana a indiqué que la société civile s’apprête à rendre public un document de plaidoirie pour financement du CSLP II.

Selon lui, comme la bonne gouvernance est l’une des exigeances clefs pour bénéficier des aides, le gouvernement de Bujumbura devrait faire du respect des droits de l’homme son cheval de bataille comme la société civile aura à le dire dans ce document.

Cette réaction fait suite en effet à une conférence de presse de la semaine écoulée dans laquelle le comité national de coordination des aides demandait à tous les acteurs de la vie du pays de plaider pour que le financement du CSLP II soit une réalité car il y va de l’intéret de tout les Burundais.

Au cours de cette conférence de presse, Pamphile Muderega, secrétaire de la commission de préparation de la conférence des bailleurs de fonds prévue du 29 au 30 septembre à Génève en Suisse avait dit qu’à la fin de cette conférence les Burundais rentreront au pays avec des engagements bien précis de financement du Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté, deuxième génération, CSLP II de la part des partenaires.

Selon M. Muderega, le Burundi s’attend à des promesses de financements de 52 % de la part des bailleurs donateurs sur un besoin total d’une enveloppe de 2,1 milliards de dollars pour que les projets contenus dans le CSLP2 soient exécutés.

Il a indiqué que sur plus de 400 personnes attendues dans cette conférence, près de 50% ont déjà accepté de participer.

« Notre objectif ultime est certes de bénéficier les financements mais nous avons besoin aussi que ces bailleurs soient stimulés sur les attentes de la population burundaise, raison pour laquelle différents ministères concernés par la question vont participer dans cette conférence des partenaires sur le Burundi", a-t-il dit.

Les rapports sur les cas d’exécutions extrajudiciaires sur lesquels les Nations Unies et le Burundi divergent ne risquent pas de constituer un objet catalyseur pour la communauté internationale de refuser à continuer de soutenir le Burundi ? De la part de Pamphile Muderega, les Nations Unies et le Burundi divergent uniquement sur la terminologie et peuvent facilement s’entendre sur le terme à utiliser pourvu que le dialogue reste de mise.

Au lieu de polémiquer sur des termes les acteurs de la vie du pays sans aucune considération devraient faire de la plaidoirie pour le financement du CSLP II leur cheval de bataille car la pauvreté nous guette tous, a-t-il conclu.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

588 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 7 %)

La Chine continue à appuyer le Burundi,(popularité : 4 %)

Le secteur thé du Burundi envisage des extensions à grande échelle jusqu’en 2016,(popularité : 3 %)

Burundi : La Regideso hausse le prix du courant électrique ,(popularité : 3 %)

Le Burundi gifle 53 importateurs de carburant,(popularité : 3 %)

Barrage Jiji-Murembwe : La BAD accorde 22 millions de dollars,(popularité : 3 %)

J.M Rurimirije appelle la diaspora à investir au Burundi ,(popularité : 3 %)

Qui se retire du financement du budget 2016 ?,(popularité : 3 %)

Gitega : Le manque criant du carburant de type essence limite la circulation ,(popularité : 3 %)

Les hôtels burundais en phase de réanimation,(popularité : 3 %)