Pierre Nkurunziza de retour de l’ Inde, les cours s’arrêtent en Mairie




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 20 septembre 2012  à 18 : 44 : 23
a

Certaines écoles de la Mairie de Bujumbura n’ont pas eu cours ce jeudi parce que les élèves étaient allés accueillir le président de la république du Burundi à son retour de l’Inde, comportement qui n’a pas plu à l’opposition et à la société civile burundaise.

Chauvineau Mugwengezo, porte-parole de l’Alliance Démocratique pour le Changement, ADC-Ikibiri, indique qu’un tel comportement ne diffère pas de celui des dictateurs des époques révolues.

"Un tel comportement est semblable à celui des dictateurs qui ont existé dans des pays comme l’Ouganda et ailleurs", martèle-t-il.

Il trouve regrettable que, dans un pays aussi pauvre comme le Burundi, les citoyens s’absentent au service. Selon lui, il ya une perte énorme pour le pays suite à cet arrêt des activités.

La société civile burundaise perçoit autrement cet arrêt des cours dans les écoles de la Mairie de Bujumbura.

Selon Pacifique Nininahazwe, Délégué Général du Forum pour le Renforcement de la Société Civile, FORSC, le fait que le président de la république du Burundi ait été primé est une bonne chose en soi. Cependant, les parents n’avaient pas été contactés pour qu’ils laissent leurs enfants aller s’asseoir sur la route sous un soleil de plomb.

En effet, le président burundais, Pierre Nkurunziza était en Inde dans une visite de travail et devait retourner ce jeudi.

En marge de cette visite, il a reçu un prix de la part d’une Association indienne dénommée Mamta qui participe dans la santé de la mère et de l’enfant depuis 1990. C’est ce prix qui a poussé à la mobilisation de la population en mairie de Bujumbura pour accueillir le président burundais revenu avec un prix.

A cet effet, il était 7 heures de ce jeudi quand les élèves sont partis à pieds de leurs écoles secondaires respectives vers la route menant à l’aéroport international de Bujumbura où le président de la république devait passer, accompagné de certains des membres du gouvernement et des proches du parti au pouvoir.

De l’aéroport au monument des Nations Unies en passant par le quartier industriel, les élèves et certains habitants de la ville de Bujumbura étaient au bord de la route en attendant son retour qui a finalement eu lieu vers 10 heures du matin.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

862 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur



a

Mwaro : La CENI invite les politiciens à éviter toute forme de manipulation



a

Muyinga : Une personne perd la vie suite aux échauffourées "politiques"



a

Le parlement burundais ouvre sa session d’avril





Les plus populaires
Vers la mutation des administrateurs des communes urbaines ? ,(popularité : 12 %)

Agathon Rwasa opte pour CNL que FNL,(popularité : 6 %)

Burundi : 6 provinces se dotent de nouveaux dirigeants ,(popularité : 6 %)

Muyinga : Le drapeau national, symbole cher ? ,(popularité : 6 %)

Limogeages en cascade des gouverneurs ,(popularité : 5 %)

Politique : L’Eglise catholique contre la contribution forcée aux élections,(popularité : 5 %)

Faut-il attendre encore Rwagasore pour des organes crédibles du parti ?,(popularité : 5 %)

Le sénat approuve 7 gouverneurs dont un journaliste de la radio Isanganiro,(popularité : 5 %)

Investiture des administrateurs communaux issus des élections de 2015,(popularité : 5 %)

« La loi a été respectée », dit le directeur de la radio Isanganiro,(popularité : 5 %)