Le tambour burundais perd de sa substance culturelle




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 21 septembre 2012  à 17 : 04 : 01
a

Antime Baranshakiye s’indigne de l’usage abusif du tambour burundais à l’encontre de la culture burundaise qui le reconnaît comme symbole de la royauté.

Dans un entretien avec la presse ce vendredi, Antime Baranshakiye a indiqué que les burundais utilise le tambour dans des activités commerciales et au cours de différentes fêtes sociales comme les mariages, les naissances et autres en violation des normes culturelles de ce pays.

« Des groupes se sont organisés aujourd’hui ici et là à travers le pays pour répondre aux besoins de certaines personnes qui exigent la présence des tambourinaires dans les fêtes sociales à condition de recevoir de l’argent », regrette-t-il.

« Jamais dans l’histoire de ce pays une seule personne ne pouvait pas exiger que l’on batte les tambours en sa présence, sauf le roi seul », déplore toujours Antime Baranshakiye.

Il indique que les tambours actuellement devraient retentir en présence du président de la République, qui remplace valablement le roi depuis la chute de la monarchie au Burundi.

Dans le passé, le tambour pouvait aussi retentir en cas de fêtes nationales comme l’Umuganuro, fête des semences au niveau nationale, qui symbolisait aussi l’unité des burundais dans la tradition burundaise.

Puisque le tambour est le patrimoine culturel important dans la tradition burundaise, Antime Baranshakiye estime que cette valeur culturelle devrait être sauvegardée.

Le ministre de la jeunesse, des sports et de la culture, Jean Jacques Nyenimigabo, signale de sa part que le ministère dont il a la charge est à l’œuvre pour l’élaboration des lois de nature à favoriser la protection de ce patrimoine culturel.

Il a dit que le même ministère va d’ici peu proposer le Tambour Burundais comme patrimoine culturel mondial de l’Unesco.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1070 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %



a

Bubanza : Classes pléthores, indicateur d’une forte croissance



a

Rumonge : les prix de l’huile de palme chutent



a

Bubanza : les habitants de Gihanga craignent d’attraper l’Ebola



a

Muhuta : Plus de 100 enseignants payés par les parents d’élèves





Les plus populaires
Vers la reprise des cours dans les universités privées,(popularité : 9 %)

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika ,(popularité : 8 %)

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.,(popularité : 7 %)

Mayengo : Les conditions de vie se détériorent,(popularité : 5 %)

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille,(popularité : 4 %)

Bujumbura : Chasse aux Prostituées,(popularité : 4 %)

Ex-Etat : pas de défis majeurs sauf quelques absences et retards ,(popularité : 4 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 4 %)

PSG : Les agents crient à l’injustice,(popularité : 3 %)

Muhuta : Plus de 100 enseignants payés par les parents d’élèves,(popularité : 3 %)