Pourquoi la pénurie d’essence ?




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 25 septembre 2012  à 17 : 27 : 55
a

La plupart des stations à essence en Mairie de Bujumbura disposent de l’essence à compte-gouttes produit depuis plus de quatre jours. Certaines n’ont même pas ce produit comme nous l’avons remarqué.

L’intérieur du pays n’est pas non plus épargné. A Rumonge une des premières villes du pays , six stations à essence n’en ont pas selon les témoignages sur place.

Selon les témoignages de la population, cette situation laisse libre court à la spéculation car pour accéder à ces différents produits, les propriétaires de véhicules doivent payer plus de 500 francs et plus au marché noir sur une somme de 2050 francs bu normalement exigée par litre d’essence.

Plus d’un s’interroge aujourd’hui sur les mobiles de cette pénurie d’essence au Burundi et se demande si celle-ci ne serait pas motivée par la perte de la valeur de la monnaie locale qui ne cesse d’avoir lieu ces derniers jours en comparaison avec le dollar américain et l’euro. Ce mardi un dollar américain s’échange contre 1520fbu tandis que l’euro s’échange contre de 1980fbu.

La population s’inquiète déjà d’une probable hausse des prix de l’essence ici et là dans le pays et dont les répercutions risquent de peser énormément sur son pouvoir d’achat.

Le directeur général au ministère du commerce, Jérémie Banigwaninzigo, réfute cette allégation. Il a signalé que le gouvernement ne prévoit pas la hausse des prix du carburant actuellement.

Selon lui, il y a eu un petit problème dans le transport de ces produits en Tanzanie. Les bateaux ont eu du mal pour faire arriver ces produits comme prévu au Burundi. « Nous pesons que le d’ici peu le carburant sera disponible, » a t-il souligné

Le nouveau gouverneur de la Banque de la république du Burundi a refusé de s’exprimer sur les causes qui seraient ces derniers jours à la base de l’hyper montée du dollar et de l’euro par rapport à la monnaie Burundaise sous prétexte qu’il avait à faire.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

607 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 3 %)

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 3 %)

Burundi : De nouveaux tarifs de contrôle technique rejetés par le ministère de tutelle,(popularité : 2 %)

Burundi : Une nouvelle taxe sur éducation est en cours de préparation,(popularité : 2 %)

Doing Business : Le Burundi Meilleur réformateur économique, mais toujours insatisfait,(popularité : 2 %)

Appel à une conjugaison d’efforts en sauvetage de la monnaie burundaise ,(popularité : 2 %)

Le Burundi pourrait importer de l’internet de la Tanzanie ,(popularité : 2 %)

L’OAG s’inscrit en faux contre le "deux poids deux mesures" sur l’IPR,(popularité : 2 %)

Les non dits des micro finances,(popularité : 2 %)

Vers la renaissance de la SOSUMO,(popularité : 2 %)