Probable injustice dans la justice




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 26 septembre 2012  à 22 : 35 : 30
a

« L’article 38 alinéa 6 de la loi anti corruption, qui précise que les responsables du ministère public doivent notamment recruter sur concours des examens ou sur des bases transparentes, a été violée.

La façon dont les 21 personnes ont été engagées est caractérisée par des zones d’ombres, » ce sont les propos du représentant de l’ONG locale Parole et Action pour le Réveil de la Conscience et le changement des Mentalités, PARCEM, au cours d’un point de presse ce mercredi sur la position de cette organisation après la prestation de serment par une vingtaine de magistrats.

Ces magistrats ont prêté devant le président de la république le 24 septembre de cette année, jour de la rentrée judiciaire.

De la part de PARCEM, la façon dont ces personnes ont été engagées n’est pas claire.

Il estime que si ces magistrats ont été engagés avant 2006, la loi n’a pas été observée en occurrence certains articles de la loi de anti corruption et les autres textes dont celui qui régit le corps de la justice.

Il a indiqué que si ces magistrats ont été engagés pendant que l’actuel ministre de la justice et garde des sceaux assure ces fonctions la lumière dans l’analyse des dossiers n’a pas été au rendez-vous.

La PARCEM compte demander à la cour anti corruption d’enquêter sur ce dossier qui laisse un champ libre à la médiocrité et au sectarisme sans nom selon Faustin Ndikumana .

Il a dit qu’il garde confiance par rapport à cette préoccupation notamment parce que le président de la république, Pierre Nkurunziza a osé dire que les pratiques à tendances mesquines et sectaires qui conduiraient au culte de la médiocrité au détriment de la méritocratie telle le régionalisme, la corruption le népotisme le clientélisme doivent être battue en brèche à travers toutes les instances juridictionnelles.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

572 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC



a

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi



a

Mgr Jean Louis Nahimana remet sa veste à Ndayicariye à la tête de la CVR



a

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi



a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi





Les plus populaires
L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’,(popularité : 7 %)

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza,(popularité : 3 %)

Pas droit au secret des sources dans la loi sur la presse attendue,(popularité : 2 %)

Affaire Nyakabeto : lourdes sanctions contre les opposants à l’expulsion,(popularité : 2 %)

Comparution en audience publique des présumés putschistes,(popularité : 2 %)

Bientôt un projet de loi pour lutter contre les violences basées sur le genre,(popularité : 2 %)

L’Ombudsman est désavoué par certains des siens ,(popularité : 2 %)

Evaluation de la situation des droits de l’homme à Genève en janvier en 2013 ,(popularité : 2 %)

Les 28 putschistes comparaissent en audience publique,(popularité : 1 %)

Journaliste Hassan Ruvakuki : 200 jours d’incarceration et de combat pour sa libération ,(popularité : 1 %)