Bujumbura se fabrique une opposition politique




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 11 octobre 2012  à 16 : 29 : 08
a

La chambre basse du parlement a adopté ce mercredi un projet de loi portant statut de l’opposition politique au Burundi. Sur 104 députés présents dans la salle des congrès de Kigobe, 102 votent pour le projet.

Avant d’entrer dans la salle des congrès de Kigobe , les parlementaires se consultent en petits groupes . Vers midi, finalement ils regagnent la salle des congrès après s’être entendu sur la qualification de l’opposition politique burundaise extraparlementaire, et ce, après multiples discussions sur le projet.

Le président de l’opposition politique au Burundi sera encore choisi parmi les leaders l’opposition politique qui ont eu plus de voix pendant les élections communales de 2010, convergent -ils encore. Le ministre de l’intérieur, Edouard Nduwimina dans l’exposé des motifs, dit que le projet est voté pour promouvoir le débat politique dans le pays.

Deux parlementaires se gardent de voter ce projet de loi. Popon Mudugu , un parlementaire membre de l’UPRONA proche de l’aile de la réhabilitation indique que ce projet de loi accuse de beaucoup d’imperfections. Selon lui, à l’heure actuelle il faudrait créer un climat propice au retour des leaders politiques aujourd’hui en exil.

Ce parlementaire de l’Uprona estime que les exécutions extrajudiciaires constituent un mal pour la démocratie Burundaise. Il signale que les partis politiques de l’opposition en ont été écarté à savoir le FNL, l’UPD, le MSD et l’UPRONA.

Il dit que le pouvoir de Bujumbura crée des divisions à l’intérieur des partis politiques. « C’est un secret de polichinelle, vous n’avez qu’à voir combien un litige entre l’Uprona de la réhabilitation et l’Uprona de Kumugumya ne trouve pas d’issue à cause du pouvoir », a t-il souligné.

Le président de l’Alliance Démocratique pour le Changement, Léonce Ngendakumana, dit de sa part que le pouvoir de Bujumbura se fabrique une opposition politique pour montrer à la communauté internationale que tout va bien au pays notamment à quelques jours de la conférence des bailleurs de fond attendue à la fin du mois d’octobre de cette année à Génève. Selon lui, l’article 84 de la constitution qui stipule que les partis politiques s’organisent de leur façon a été violé.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

313 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 6 %)

Le Service National des Renseignements du Burundi dit non au 3èmè mandat du Président Nkurunziza,(popularité : 4 %)

Libéré ou pas demain, Bob reste fort et humain ,(popularité : 3 %)

Corruption, protection des droits humains : défis qui menacent le Burundi selon Pamela J. Slutz,(popularité : 3 %)

Les bashingantahe de l’UPRONA jugent inutile la tenue des congrès provinciaux ,(popularité : 3 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 3 %)

Des appels au dialogue politiques se multiplient : L’ADC Ikibiri tourne les pouces ,(popularité : 3 %)

L’ADC-Ikibiri tentée par l’usage de la force pour obliger le gouvernement à négocier,(popularité : 3 %)

L’Union Européenne préoccupée par la situation d’insécurité au Burundi ,(popularité : 3 %)

L’ADC Ikibiri salut le choix du Président Nkurunziza sur les négociations ,(popularité : 3 %)