Plants fruitiers : Aubaine pour nos administrateurs




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 16 octobre 2012  à 16 : 15 : 20
a

"La mission recommande au gouvernement de se retourner contre les administrateurs des communes de la province de Kayanza pour leur exiger de restituer au trésor public un montant de 1.065.293 .400Fbu", c’est le contenu du rapport de contrôle des irrégularités dans la passation du marché de fourniture des plants fruitiers de 2011 par le ministère ayant en charge l’agriculture.

Selon ce rapport rendu public en septembre de cette année par le ministère à la présidence chargé de la bonne gouvernance et de la privatisation, mais dont l’OLUCOME, l’Observatoire de la Lutte contre la Corruption et les Malversations Economiques se procure une copie ce lundi, la mission de contrôle a remarqué que le nombre de plants introduits pour payement et matérialisé par les accusés de réceptions était supérieur au nombre de plants réellement distribués à la population.

La mauvaise gestion de ce dossier par les administrateurs de la province de Kayanza a causé un préjudice au trésor public.

Les administrateurs communaux ont signé des accusés de réception totalisant 9.881.317 plants pour un montant de 3. 677. 311.500Fbu alors que les quantités réellement réceptionnées étaient de 6. 524 339 plants d’une valeur de 2.612.018.100Fbu.

La cellule de gestion des marchés publics a rayé de la liste certains et en a ajouté d’autres pour ouvrir la porte aux cas de détournements des fonds publics, indique encore ce rapport.

De la part de l’inspection général de l’Etat qui a fait cette étude, la période de passation des marchés n’a pas tenu en compte la période sylvicole afin que le projet puisse être aux bénéficiaires dudit projet.

Tous les administrateurs ont aussi signé des accusés de réception pour des quantités de plants qui n’ont pas été fournies selon les enquêtes que ladite commission a faites. Le président de l’Olucome demande à la justice burundaise de se saisir de ce dossier en traduisant ces administrateurs en justice.

Si réellement les données sont vraies, ce sont les communes de Gahombo et Muhanga qui viennent en tête dans ces détournements. Ces communes sont dirigées par des femmes respectivement par Jacqueline Ruragoka et Clémence Ntirampeba.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

284 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Extension de la palmeraie dans les zones potentiellement palmicoles du Burundi, l’OHP satisfait du pas franchi,(popularité : 3 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 3 %)

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 3 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 3 %)

Le Burundi pourrait importer de l’internet de la Tanzanie ,(popularité : 3 %)

Vers la renaissance de la SOSUMO,(popularité : 3 %)

Les experts se penchent sur la vie économique de l’EAC au Burundi avant l’Union Monétaire ,(popularité : 3 %)

Révision Budgétaire : le rôle des deux chambres du parlement se cherche encore ,(popularité : 3 %)

Taux d’intérêt bancaire, un casse-tête,(popularité : 3 %)

Les boissons et limonades en hausse de 7,3% en moyenne ,(popularité : 3 %)