Genève : CSLP2 vu par le FNL de Rwasa




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 16 octobre 2012  à 16 : 27 : 15
a

En moins de deux semaines de la conférence des bailleurs de fond sur le burundi prévue à Genève, Agathon Rwasa, opposant farouche du pouvoir de Bujumbura, s’inscrit en faux sur la gouvernance politique et économique au Burundi.

Retour sur la correspondance qu’il vient d’adresser aux bailleurs de fonds sur le Burundi et qui est parvenue à la rédaction ce lundi.

« On organisera des tables rondes et débloquera des fonds, qui atterriront dans les poches des dignitaires, mais le spectre de la pauvreté bougera à peine. La question est aujourd’hui de savoir comment permettre à chaque citoyen d’accéder au revenu monétaire quel que soit sa position sur l’échelle et le domaine dans lequel il exerce », lit-on dans cette correspondance de cet homme politique aujourd’hui en exil.

Dans cette correspondance en effet, Rwasa Agathon indique qu’à l’heure actuelle, le développement économique reste précaire malgré les soutiens de la communauté internationale.

Agathon Rwasa n’a pas manqué à s’attaquer à la jeunesse du parti présidentiel et à accuser le gouvernement de destabiliser les partis politiques d’opposition.

"Outre que les partis politiques sont malmenés, le gouvernement s’ingère dans l’organisation des partis politiques allant jusqu’à contraindre les gens à adhérer de force au parti au pouvoir sous la bénédiction du ministre de l’intérieur.

"La jeunesse du parti au pouvoir, les imbonerakure, fait le beau temps et la pluie et a même paradé le samedi 30 septembre de cette année en tenue militaire et policières en présence du ministre Edouard Nduwimana selon cette correspondance de l’opposant politique du pouvoir de Bujumbura. Ces Imbonerakure ont le droit de torturer et d’exécuter sans procès se substituant ainsi à la police ou à l’armée", peut-on toujours lire dans cette correspondance selon Rwasa Agathon Rwasa .

Nombre de décisions ne peuvent pas passer sans la bénédiction de certains généraux et de l’assentiment de la direction du parti des Bagumyabanga, indique t-il dans cette correspondance.

Au niveau social, le pouvoir de Bujumbura accuse aussi des manquements selon le leader du FNL qui a adressé cette correspondance aux bailleurs de fond. Bien que le pouvoir ait érigé des infrastructures scolaires à travers le pays, les défis sont multiples car les mesures d’accompagnement de la gratuité de l’éducation en particuliers le matériel didactique et le perfectionnement du personnel se posent avec acuité.

Le secteur économique n’est pas aussi à l’abri des défis. "Les banques, qui ne sont pas des moteurs de développement au pays et qui recourent aux techniques usurières, sont loin de répondre aux attentes de la population.

"Pendant les week - end, les membres du parti au pouvoir sont à l’intérieur du pays pour les activités du parti au pouvoir en utilisant les moyens de l’Etat notamment les voitures. Le pouvoir judiciaire n’existe que de nom", selon Rwasa Agathon.

Cette correspondance de Rwasa Agathon arrive quelques jours après celle de l’Alliance Démocratique pour le Changement, ADC-Ikibiri. Léonce Ngendakumana plaidait pour que la société civile et l’opposition politique soient représentées dans cette conférence de Genève.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

434 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 10 %)

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?,(popularité : 3 %)

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques,(popularité : 3 %)

Transfert temporaire du siège de la CIRGL,(popularité : 2 %)

Lucien Rukevya : Le SNR ne travaille pas tambour battant,(popularité : 2 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 2 %)

Le Burundi vers 2027 ,(popularité : 2 %)

L’ADC-Ikibiri : n’a pas d’ « espoir en la nouvelle équipe » du parti CNDDFDD,(popularité : 2 %)

Pierre Ngendandumwe était patriote ,(popularité : 2 %)

Intrigue autour de l’affaire Rukara ,(popularité : 2 %)