La cataire, un des moyens de lutte contre le paludisme




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 17 octobre 2012  à 17 : 56 : 30
a

L’herbe dont il est question est une herbe exotique. Elle est arrivée au Burundi grâce à l’Agence Consultative en Ethique de la Coopération Internationale, ACECI qui a travaillé en réseau avec le pouvoir de Bujumbura et le Gouvernement canadien pour que cette culture arrive Au Burundi. En quoi cette innovation est elle importante pour le peuple Burundais au chapitre de la lutte contre le paludisme ?

Ce mardi ,le centre culturel français avait accueilli la troisième conférence internationale sur la cataire. Cette conférence s’inscrit en effet dans une série des activités à l’actif du pouvoir de Bujumbura pour lutter contre le paludisme. Selon le Dr Lydwine Baradahana , Directrice du programme national intégré de lutte contre le paludisme malgré les efforts de Bujumbura , la malaria reste la première cause de morbidité au Burundi.

Elle estime que le pays a tout de même enregistré une diminution de l’épidémies du paludisme à hauteur 22 pourcent par rapport à l’an 2010 grâce notamment à la distribution de la moustiquaire imprégné d’insecticide.

Le taux de mortalité liée au paludisme est aussi allé décroissant parce qu’il est passé de 36 à 21 pourcent selon toujours Dr Lydwine Baradahana . La cataire contribuera aussi à la réduction des victimes de cette maladie et participera aussi à la réduction de la pauvreté selon elle.

De la part d’Albert Mbonerane , représentant légal de l’Action de la Lutte contre la Malaria , l’ALUMA, cette culture est particulièrement utile parce qu’elle dégénère un produit de type insectifuge.

L’Ambassadeur Albert MBONERANE indique de sa part que ce produit dégénère une odeur qui pousse les insectes à quitter le milieu. « Les produits à base de la cataire sont des produits anti moustiques qui pourraient contribuer à lutter contre le paludisme de manière efficace », dit il.

Aujourd’hui dans la commune de Nyabiraba en province de Bujumbura plus de 80 personnes ont déjà cultivé près de 5 ha de cataire. L’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi, ISABU en collaboration et la Société sucrière du Mosso, SOSUMO entendent participer à la multiplication de cette plante médicinale selon les responsables de ces institutions qui y avaient pris part.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

282 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative





Les plus populaires
La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée,(popularité : 5 %)

Hôpital général de Mpanda : des lieux d’aisance non fonctionnels ,(popularité : 2 %)

Un pasteur conservateur nous a quitté,(popularité : 2 %)

Les réfugiés burundais rentrent au pays avec hésitation ,(popularité : 2 %)

Une guerre de mots entre Sérapion et Pontien,(popularité : 2 %)

La révision des textes de loi régissant la CNTB d’ici peu,(popularité : 2 %)

Les droits de l’enfant se cherchent encore au Burundi,(popularité : 2 %)

Grève : Pourtant ces sections sont utiles ,(popularité : 1 %)

Ecole Fondamentale : Plus de patience pour son début SVP,(popularité : 1 %)

Village de paix sans pain à Nyarunazi,(popularité : 1 %)