Le CSLP2 vu par la société civile




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 19 octobre 2012  à 18 : 04 : 31
a

Le délégué général du Forum pour le Renforcement de la Société Civile, FORSC, Pacifique Nininahazwe, estime que les bailleurs de fonds devraient appuyer le Burundi en exigeant cependant au Bujumbura des garanties en matière de gouvernance à ce pays.

Au cours d’un point de presse de ce représentant des organisations de la société civile Burundaise sur la position de la société civile sur la conférence des bailleurs de fonds prévue à Genève à la fin de ce mois , le délégué général du Forsc indique que le pouvoir de Bujumbura accuse des imperfections en matière de gouvernance qui devraient être corrigées pour redorer l’image de ce pays.

Il a dit que les libertés publiques risquent d’être mises-en mal par les nouveaux projets de lois en cours à savoir celui de la presse, des associations sans but lucratifs et de la reconnaissance de réunions et manifestations publiques.

Il a indiqué que les procès des défenseurs des droits de l’homme sont sans issue en particulier les dossiers judiciaires d’Ernest Manirumva, celui d’Hassan Ruvakuki et de Faustin Ndikumana le président de Parcem reflètent une mauvaise image devant la communauté internationale.

Pour lui, le Burundi risque de se trouver parmi les pays prédateur des libertés des citoyens si cette situation ne trouve pas d’issue . Les cas d’exécutions extra judiciaires ne sont pas aussi là pour présenter une bonne image de ce pays selon le délégué général du Forum pour le Renforcement de la Société Civile, Forsc.

Pour lui, ces cas sont un déshonneur pour le pays tout simplement. Pacifique Nininahazwe demande à la communauté internationale d’appuyer le Burundi au cours de la conférence des bailleurs de fonds prévue à Genève.

Selon lui, c’est la population à la base qui se retrouverait plutôt victime si une fois les bailleurs de fond se gardaient de soutenir ce pays.

Le cycle de pauvreté risque d’être davantage dur si rien n’est fait, indique le représentant de la société civile Burundaise.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

293 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 10 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 5 %)

Bujumbura-Mairie : Le sénat burundais déterminé à mettre un terme aux constructions anarchiques ,(popularité : 5 %)

Le président du parti APDR destitué ,(popularité : 4 %)

France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 4 %)

Burundi : Suspension pour trois mois de toutes les ONGs non gouvernementales,(popularité : 4 %)

3ème mandat : L’archevêque de Gitega conteste en usant de rhétorique ,(popularité : 4 %)

Ils seraient sur le point d’être réconciliés ,(popularité : 4 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 4 %)

QPN : Les élections présidentielles se sont déroulées « dans le calme et dans la transparence »,(popularité : 4 %)