Burundi : bye-bye Arusha ? s’interroge Crisis Group




Par: Désiré Nimubona , vendredi 26 octobre 2012  à 11 : 26 : 02
a

« Burundi : bye-bye Arusha ? » est un nouveau rapport de International Crisis Group, qui vient d’être publié simultanément en Belgique et au Kenya tire la sonnette d’alarme sur l’état des choses actuelles au Burundi.

Selon ce rapport « la situation se détériore au Burundi, pays auparavant considéré comme un modèle de résolution des conflits, et les violences commises par le parti au pouvoir et par l’opposition menacent la stabilité ».

Ce rapport démontre que la mainmise du parti au pouvoir sur les institutions de l’Etat et le boycott des élections de 2010 par les principaux partis de l’opposition ont vidé de sa substance le système de partage du pouvoir établi par l’accord d’Arusha en 2000.

Cet accord a pourtant permis de résoudre le conflit ethnique qui a dévasté le pays pendant une décennie et de poser les jalons d’un régime démocratique.

« Les accords d’Arusha ont fait place à un monopartisme de fait, caractérisé par la fin du dialogue entre l’opposition et le parti au pouvoir, une dérive autoritaire du gouvernement et le retour de la violence politique », explique
Thierry Vircoulon, directeur du projet Afrique centrale de Crisis Group, qui regrette dans un communiqué que « Depuis 2010, les principes de l’Etat de droit, et notamment les droits des minorités, ont été largement ignorés ».

La situation n’est pas bonne depuis les élections de 2010. Selon ce rapport la quasi totalité des leaders de l’opposition de l’ADC-Ikibiri sont partis en exil.

« Leur départ s’est accompagné d’une vague de violences entre l’opposition et le parti au pouvoir, notamment de la part de groupes armés opérant dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC) ».

Crisis Group regrette que le parti au pouvoir gère les affaires de l’Etat et le processus de justice transitionnelle « comme bon lui semble », du moins de sa façon. Il instrumentalise les services de sécurité et prépare une révision constitutionnelle dont les contours restent flous.

La presse et la société civile demeurent les seuls contre-pouvoirs, mais journalistes et activistes vivent constamment sous la menace de la répression gouvernementale.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

896 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC



a

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi



a

Mgr Jean Louis Nahimana remet sa veste à Ndayicariye à la tête de la CVR



a

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi



a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU





Les plus populaires
En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza,(popularité : 60 %)

L’EPU : le Burundi se garde de mettre en applications 39 recommandations ,(popularité : 6 %)

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika,(popularité : 5 %)

Muyinga : deux présumés auteurs d’assassinats acquittés ,(popularité : 5 %)

Léandre BUKURU décapité par ses assassins, que justice soit faite,(popularité : 3 %)

Me Baribonekeza Jean Baptiste à la tête de la CNIDH ,(popularité : 3 %)

HRW interdit de publier son rapport sur le Burundi, l’ONU s’inquiète ,(popularité : 3 %)

Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 3 %)

Procès Gatumba: "Parodie de justice",(popularité : 3 %)

Les femmes juristes s’intéressent aux veuves,(popularité : 3 %)