Des membres de la communauté omanaise en sit-in devant le HCR




Par: Désiré Nimubona , lundi 5 novembre 2012  à 15 : 51 : 05
a

Une centaine de familles omanaises vivant au Burundi, en compagnie surtout de leurs enfants et des femmes, ont observé un sit-in devant le bureau du Haut Commissariat des Refugiés au Burundi.
Ces familles disent être sous menace de spoliation des biens par la Commission National des Terres et autres Biens, la CNTB.

« Nous demandons la restitution de la maison à l’une des nôtres qui a été spoliée par la CNTB à Rumonge », laisse entendre une femme noire, mais dont le père est omanais vivant au Burundi.
« Nous sommes sujets d’attaques raciales, on a peur pour notre sécurité car ceux qui sont censés nous protéger ne le font pas correctement », ajoute un autre.

Ces omanais qui se disent être des apatrides car n’ayant ni nationalité burundaise ni omanaise disent se vouer uniquement au HCR parce qu’ils n’ont pas d’autres administrations qui les reconnaissent.
Sous la pluie et le froid de ce lundi matin à Bujumbura, ces familles étaient venues réclamer aussi la libération de certains des leurs qui ont été arrêtés à Rumonge, il y a quelques jours en train de s’opposer à la décision du CNTB.

« Libérez nos jeunes », lit-on sur une pancarte tenue par l’un des jeunes garçons trouvés sur place en pleine manifestations et sous la pluie.

La majorité des manifestants selon notre constant étaient des enfants et des femmes

"Des propos racistes" de la part de la police

Les familles omanaises trouvées devant le bureau de la représentation du HCR soulignent aussi qu’elles sont là pour dire non aux propos racistes qui ont été tenues par des gens de l’administration, et même certains membres du corps de la police.

« Nous ne sommes pas protégés comme il faut », lance un homme visiblement furieux, avant d’ajouter qu’il y a des policiers qui ont été les premiers à les insulter comme quoi ils n’ont pas de droits dans ce pays par ce fait qu’ils sont des omanais.

« Imaginez-vous quand on est malmenés par ceux qui devraient nous protéger » s’interroge un autre manifestant devant le bureau du représentant du Haut Commissariat des Refugiés au Burundi.

Le HCR n’a pas encore réagit sur les revendications de cette communauté devant son bureau à Bujumbura.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

348 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rutovu : des magouilles dans la distribution des décodeurs de Startimes.



a

Hôpital de Rumonge : Les patients apprécient différemment les services



a

Neuf millions de dollars américains chaque année alloues à la lutte contre le paludisme



a

Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées



a

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons



a

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari



a

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza



a

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune



a

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités



a

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama





Les plus populaires
Rutovu : des magouilles dans la distribution des décodeurs de Startimes.,(popularité : 25 %)

Hôpital de Rumonge : Les patients apprécient différemment les services,(popularité : 7 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 7 %)

NGOZI : Un nouveau centre neuropsychiatrique ,(popularité : 4 %)

Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées,(popularité : 4 %)

Neuf millions de dollars américains chaque année alloues à la lutte contre le paludisme,(popularité : 3 %)

Le directeur de l’Hôpital de Rumonge accusé de mauvaise gestion du personnel ,(popularité : 3 %)

Vers la reprise des cours dans les universités privées,(popularité : 2 %)

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari,(popularité : 2 %)

Karusi : Un hôpital équipé mais qui manque de médecins spécialisés,(popularité : 2 %)