Biens immeubles de 1972 : La CNTB a du pain sur la planche




Par: Marc Niyonkuru, , lundi 12 novembre 2012  à 08 : 31 : 57
a

Le porte parole de la Commission Nationale de Terre et autres Biens, Dieudonné Mbonimpa, a animé une conférence de presse ce dimanche au cours de laquelle il a signalé qu’il existe une liste des personnes qui ont été spoliés de leurs biens en 1972 sous prétexte qu’ils étaient « abamenja » c’est-à-dire des « criminels » en français.

Au cours de cette conférence, le porte parole de la CNTB a dit que cette institution a à sa disposition le procès du 6 mai 1972 du conseil de guerre du temps Micombero. Ce procès stipulait que les biens immeubles des « criminels » devaient revenir à l’Etat. Ces « criminels » devaient être fait passés par les armes par la suite selon le contenu de ce procès.

Le pays devrait verser de l’argent aux victimes grâce notamment à ces biens immeubles qu’il avait saisis de la part de ces « criminels » estime Dieudonné Mbonimpa. De la part de Dieudonné Mbonimpa, la plupart de ces personnes ont été exécutées effectivement. Il indique que les biens immeubles qui ont été saisis par le pouvoir de Bujumbura de l’époque se trouvent surtout en province de Makamba, Bururi, Gitega, Bujumbura et ailleurs.

Il signale que pour le moment la Commission Nationale de Terre et autres Biens reçoit les plaintes de tous ces sinistrés de mai 1972 et d’autres. Après avoir reçu ces plaintes, les membres de la Commission Nationale de Terre et autres Biens vont faire des enquêtes. Après avoir fait le tour des questions autour de ces des biens immeubles, la Commission Nationale de Terre et autres Biens prendra des décisions qui s’imposent et n’hésitera pas à rétablir le sinistré dans ces droits, a martelé Dieudonné Mbonimpa.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

378 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative





Les plus populaires
La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée,(popularité : 4 %)

Bururi : Des huttes côtoient des villas au chef-lieu de la province,(popularité : 3 %)

Burundi , meilleur élève de la francophonie,(popularité : 2 %)

Euphrasie Barute, « persona non grata »,(popularité : 2 %)

Malversations à la RTNB, le Syndicat SYRT dénonce un détournement d’1.5 milliards chaque année,(popularité : 2 %)

Des innovations dans l’éducation supérieure, le ministre nous en fait le point,(popularité : 2 %)

Vers une prise illégale d’intérêt ,(popularité : 2 %)

L’hôpital communautaire de Kigutu a tout sauf l’électricité,(popularité : 2 %)

Le personnel de l’UB crie à « deux poids deux mesures » des salaires ,(popularité : 2 %)

Tentative de viol à Cibitoke : Une affaire politique ou pénale ? ,(popularité : 2 %)