Les syndicalistes ont boycotté sa validation




Par: Marc Niyonkuru, , samedi 17 novembre 2012  à 07 : 56 : 06
a

Ce jeudi pendant la nuit , La ministre de la fonction publique a validé le projet de politique salariale des fonctionnaires de l’Etat après le boycott des syndicalistes . Après plus de 12 heures de débats houleux entre la ministre de la fonction publique et les syndicats, la montagne a accouché d’une souris et les syndicalistes ont quitté la salle.

Vers 8 du matin les secrétaires permanents des différents ministères entrent dans la salle des conférences. En groupe, les syndicalistes commencent à discuter visiblement inquiets de ce projets portant réforme salariale pour les fonctionnaires de l’Etat. Des concertations se déroulent dans la discrétion aussi bien du coté des syndicats que autorités ministérielles. La question dada dans la salle est de savoir si la validation aura lieu ou non.

Les divergences commencent à éclater au grand jour après que le consultant ait annoncé le gel des annales pour les fonctionnaires qui touchent plus de 100.000 francs. Au fur et à mesure la polémique enfle.

Quels les points de divergences autour de ce nouveau projet entre ces deux partenaires ?

Les syndicalistes estiment que le gel de près de 7 milliards de francs bu pour les accorder aux fonctionnaires qui touchent moins de 10.000francs n’est en aucune manière une façon de pallier la problématique des salaires. « Un malheureux fonctionnaire régis par le statut général des fonctionnaires qui a du mal à joindre les deux bouts du mois ne peut financer un autre » selon ces syndicalistes. Le gel des annales est une violation du principe des droits acquis de la part de ces syndicalistes.

Par ailleurs, « les fonctionnaires de la catégorie super structure comme les secrétaires permanents des ministres, les conseillers à la permanence, les parlementaires et autres sont dans une catégorie à part raison pour laquelle la justice sociale est à reportée aux calendes grecques » ajoutent ces syndicalistes.

En outre, les syndicalistes indiquent que le salaire que touchera le fonctionnaire à la fin du mois janvier de l’année prochaine est entachée de beaucoup de zone d’ombre à cause du projet de loi portant impôts sur les salaires en cours d’étude et dont ils n’ont aucune idée. Ce projet de loi vient encore créer plus de zones d’ombres quant à la somme d’argent que le fonctionnaire mettra dans sa poche car les salaires risquent d’être imposés indiquent-ils.

La réponse du ministre de la fonction Annonciate Sendazirasa est on peut plus claire. Selon elle, leurs revendications ne trouveront satisfaction qu’au grand soir. Elle a indiqué que tout de même que le ministère ne pourra rien mettre en application aussi longtemps que ces partenaires sociaux n’auront pas accepté les résultats des négociations autour de ce projet, un double langage puisque le projet a été adopté malgré le boycott des syndicalistes.

Eulalie Nibizi, une des syndicalistes et présidente du Syndicat des Traivailleurs Enseignants du Burundi, STEB, dit tout de même que les fonctionnaires vont marcher jusqu’aux bureaux des parlementaires et de la présidence de la république pour contraindre le ministre de tutelle à revoir cette décision qu’ils qualifient d’une injustice sociale inédite au Burundi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

352 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents scolaires



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %





Les plus populaires
Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents scolaires ,(popularité : 13 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 7 %)

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo ,(popularité : 4 %)

Université du Burundi : La commémoration des massacres reportée à la dernière minute ,(popularité : 3 %)

Muyinga/ Lancement de "AMASHIGA" pour lutter contre la malnutrition chronique,(popularité : 2 %)

Une représentation élue mais non reconnue des étudiants à l’Université du Burundi,(popularité : 2 %)

Le Burundi se dote d’un premier centre de traitement d’Ebola,(popularité : 2 %)

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats,(popularité : 2 %)

Karusi : Un hôpital équipé mais qui manque de médecins spécialisés,(popularité : 2 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 2 %)