Les anciennes hautes autorités victimes de l’intolérance politique




Par: , dimanche 18 novembre 2012  à 14 : 34 : 03
a

Une fois de plus, l’Alliance de Démocrates pour le Changement (ADC-Ikibiri) vient d’être désillusionnée par le pouvoir de Bujumbura. Ce Dimanche18 Novembre, le parti Sahwanya FRODEBU un des Partis membres de cette alliance avait organisé une réunion à Gatumba à 5 Km de la capitale Bujumbura. Les membres de cette alliance empruntaient la route menant vers ce lieu situé à la frontière avec la RDC, avant de se voir bloqués par une barrière montée par la police.

Se souvenant de ce qui s’est passé il y’a plus d’une semaine sur la route Rumonge où ils ont été empêchés par la police d’aller célébrer le 18ème anniversaire de la naissance du mouvement CNDD à Rumonge, l’ADC Ikibiri a dû utiliser la force et ils ont percé la barrière. Un dispositif important de policiers a été déployé pour disperser le cortège.

Des gaz lacrymogènes, des coups de matraque et de ceinturon ont remplacé le dialogue entre les policiers et ces militants des partis de l’opposition. Ces policiers agissant sur ordre du ministre de l’intérieur Edouard NDUWIMANA étaient déterminés à empêcher la tenue de cette réunion selon des sources policières.

Parmi les victimes de cette intervention musclée de la police figurent Mmes Marina Barampama ex 2ème vice présidente de la République et Euphrasie Bigirimana ancienne ministre du commerce et de l’industrie. Cet ordre de M. Edouard Nduwimana, leur ancien coéquipier gouvernemental, a fait que ces deux anciennes autorités du gouvernement passent plus d’une heure allongées au bord de la Route Bujumbura-Bukavu.

Craignant la tournure des événements, le président de cette alliance et en même temps président du parti FRODEBU, Léonce Ngendakumana, et autres leaders des partis ont pris le large et restent introuvables jusque dans l’après-midi.

Une deuxième restriction de la liberté politique après la conférence de Genève où les bailleurs de fonds du Burundi avaient promis d’aider le pays sous conditions de garantir les libertés politiques et les droits de l’homme. La Mecque n’a changé personne dit-on, le premier acte qui ne va pas dans le sens de ces exigences posé par les administratifs Burundais s’est produit juste après l’arrivée de Genève d’une délégation Burundaise qui a participé dans cette conférence au cours de laquelle le Burundi a eu plus de promesses qu’il n’attendait 2,6 milliard de dollar pour appuyer le CSLP II.

Au lendemain de cette conférence la route Bujumbura-Rumonge a été bloqué pendants 5 heures à cause d’un bras de fer entre les policiers agissant sur ordre des autorités administratives et les membres de l’ADC-Ikibiri.

Toujours le Ministre Eduard Nduwimana a été cité comme source de ce climat politique tendu. Considéré comme un agent du gouvernement engagé à mettre le bâton dans les roues de l’ADC Ikibiri, Edouard Nduwimana explique quant à lui que tout ce que font les partis d’oppositions réunis au sein de l’alliance est illégal. Explication jugée aberrante par l’opposition qui dit que toutes les activités qu’elle organise sont exactement les mêmes que celles du parti au pouvoir.

La même alliance avait demandé au président de la République de destituer ce ministre, qui semble engagé à mettre en cause les résultats de Genève et qui constitue en même temps une entrave pour le débat contradictoire au Burundi.

Cet événement de dimanche survient quelques heures après une large mobilisation des militants du CNDD-FDD, le parti au pouvoir, à l’occasion de la journée dédiée aux combattants, une journée célébrée le 16 novembre.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

450 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 9 %)

Burundi : Samantha Power appelle au respect des droits de l’homme et la Constitution ,(popularité : 4 %)

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais,(popularité : 3 %)

Le Burundi est - il intéressé par la présidence de l’EALA ? ,(popularité : 3 %)

Le Burundi vers 2027 ,(popularité : 3 %)

La Nouvelle Zélande - le Burundi : Une Coopération absente mais nécessaire ,(popularité : 3 %)

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques,(popularité : 3 %)

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?,(popularité : 3 %)

Burundi : La constitution nécessite une révision, dit le premier rapport de la CNDI,(popularité : 3 %)

Burundi : Suspicions autour du rapport semestriel de la CNDI,(popularité : 3 %)