Kahawatu, un autre partenaire du secteur café




Par: Désiré Nimubona , lundi 19 novembre 2012  à 14 : 50 : 46
a

Le ministre de l’Agriculture et de l’élevage, Odette Kayitesi, dit que la culture du café au Burundi sera améliorée, avec l’implication de la fondation Kahawatu qui vient de signer un accord avec le Gouvernement burundais.

« Ne prenez pas Kahawatu comme financier » a prévenu la ministre Kayitesi ce lundi, dans une réunion avec les partenaires dans ce secteur, en réponse à certaines questions des participants qui croyaient que finalement le secteur allait avoir un financier. Pour elle, cette fondation suisse vient travailler avec les instances chargées du café, du sommet à la base.

Au total, actuellement 60.000 familles s’occupent des plantations de café, mais avec un faible intérêt comme l’a souligné la ministre Kayitesi, car, a-t-elle reconnu, certaines familles n’hésitent pas à le remplacer par d’autres cultures vivrières.

Avec cette présence de Kahawatu, le Burundi compte trouver des solutions techniques aux problèmes que connait ce secteur pourtant important dans ce pays car il génère plus de 86% de recettes d’exportations pour le Burundi.

Le secteur café a traversé plusieurs obstacles selon la ministre qui en donne d’ailleurs quelques uns d"entre eux.

Elle souligne par exemple, le vieillissement du verger caféier, l’association des cultures avec le café, le changement climatique, faible fertilité du sol et la crise qui secoué le pays, poussant certaines gens à quitter leurs foyers et leurs champs de café.

Kahawatu est une fondation nouvellement créée et dont l’objectif est d’améliorer la production par les caféiculteurs burundais, selon son Directeur Exécutif, Jan Lühmann, qui avait fait un déplacement sur Bujumbura.

La fondation Kahawatu a pris le nom swahili selon son patron, s’exprimant aujourd’hui dans cette réunion. Elle vient de Kahawa, mot swahili signifiant café, et watu : qui signifie les gens. Jan Lühmann a dit que sa fondation veut faire du café burundais, une plante des peuples.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

556 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 7 %)

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 4 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 4 %)

Taux d’intérêt bancaire, un casse-tête,(popularité : 3 %)

Lycée Kiremba-Sud : Finie l’obscurité,(popularité : 3 %)

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?,(popularité : 2 %)

L’API appelle à la diversification des cultures d’exportation en plus du thé et du café,(popularité : 2 %)

L’OAG s’inscrit en faux contre le "deux poids deux mesures" sur l’IPR,(popularité : 2 %)

Le parlement renvoie au gouvernement le projet de loi sur le payement des impôts des cadres de l’Etat ; les indignés se dévoilent ,(popularité : 2 %)

L’Olucome appelle les bailleurs à financer les projets de développement plutôt que les activités de l’Etat,(popularité : 2 %)