A qui profite la limitation des libertés publiques ?




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 20 novembre 2012  à 08 : 20 : 46
a

Le délégué Général du Forum pour le Renforcement de la Société Civile, FORSC, Pacifique Nininahazwe estime que le Burundi va vers la méconnaissance des libertés publiques chèrement acquises.

Au cours d’une interview exclusive qu’il a accorde à la Radio Isanganiro ce lundi sur les bavures politiques dont ont été victimes les anciens leaders politiques ce dimanche à Gatumba, Pacifique Nininahazwe a dit que si un tel climat de limitation des droits des citoyens persiste, il faudra s’attendre à une mobilisation populaire pour retrouver les idéaux de la démocratie chèrement acquis par le Burundi.

Pour lui, dans certains pays comme le nôtre, un président d’une république de tendance dictatoriale, quand il vient de passer sept ans au pouvoir, il n’a souvent personne qui puisse lui dire que la gouvernance est mauvaise.

Ainsi les pays sombrent dans une dictature sans nom. Au regard de ce qui vient d’avoir lieu à Gatumba Pacifique Nininahazwe appelle le gouvernement Pierre Nkurunziza à plus de responsabilité.

« La responsabilité première revient au gouvernement de Bujumbura et celui-ci devrait savoir que la restriction des libertés ne profitera ni au gouvernement, ni à qui que se soit », a-t-il martelé.

Parlant des trois projets de loi en préparation qui sont le projet de loi portant organisations et fonctionnement des associations sans but lucratifs, celui sur la presse et le projet de loi sur les réunions et les manifestations publiques, le Délégué Général du FORSC indique que ces lois risquent de constituer plutôt une entrave pour les libertés politiques au Burundi.

« L’amendement des textes régissant ces lois risquent plutôt un moyen de restreindre ces acquis », a souligné Pacifique Nininahazwe.

Cette réaction fait suite à l’incident qui s’est produit, à une dizaine de Km de Bujumbura. Les militants du parti Frodebu se rendaient à Gatumba où était prévue une rencontre au cours de laquelle avaient été conviés les partisans de l’opposition politique Burundaise. A moins de 5 Km de Gatumba, la police a arrêté ces hommes et femmes politiques sur injonction du ministre de l’intérieur qui qualifiait de propagande politique cette rencontre. Pire encore, elle a fait usage de gaz lacrymogènes pour les inciter à rebrousser chemin. L’ancien président la chambre basse, Léonce Ngendakumana et Marina Barampama ancienne vice-président de la république et autres, ont été mis à tabac.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

239 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Elections 2020, la contribution qui fait couler beaucoup d’encre et de salive



a

Rumonge :Le législatif « contredit » ou « corrige » l’exécutif



a

"Le retrait du Burundi de la CPI n’est pas synonyme de l’impunité", dit la Ministre de la Justice



a

Des engins de pêche prohibée saisis à Rumonge



a

Conflit de représentation au sein de la coalition COPA : MUTABAZI dans les collimateurs



a

Une forte présence des militaires et policiers à Ngagara



a

BURINGA –Des personnes en provenance d’un enterrement attaquées



a

Burundi : Trente civils tués en 2 semaines, la Ligue Iteka s’inquiète



a

Les négociations de Bujumbura suspendues ce samedi



a

Deux civils tués et un policier grièvement blessé au centre-ville Bujumbura.





Les plus populaires
Simples faussaires ou administration parallèle ? ,(popularité : 1 %)

Un nourrisson éloigné de sa maman à base de conflits,(popularité : 1 %)

Cibitoke : Des écoles détruites par les pluies torrentielles,(popularité : 1 %)

Les prix des denrées alimentaires triplent : l’OBR et la Regideso pointés du doigt ,(popularité : 1 %)

A qui profite la limitation des libertés publiques ?,(popularité : 1 %)

Vente par voie parée : La Cour Constitutionnelle se déclare incompétente,(popularité : 1 %)

La police interdit l’exportation des mandarines.,(popularité : 1 %)

Kinama , un marché qui pue,(popularité : 1 %)

IPR : Pourquoi le traitement inéquitable des fonctionnaires ?,(popularité : 1 %)

Les étudiants décident de regagner les auditoires.,(popularité : 1 %)