La chambre basse du parlement a-t-elle été convaincue ?




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 28 novembre 2012  à 15 : 47 : 47
a

« Dites nous s’il n’y aurait pas de résistance de votre part dans l’élaboration du projet de loi portant autonomie des communes de la Mairie de Bujumbura car, certainement parlant, il est difficile d’abandonner la gestion de plus de 20 milliards », ce sont les propos de l’honorable Aimé Nkurunziza ce mercredi au cours des questions orales sur l’état des lieus de la politique de décentralisation des communes du Burundi.

L’Assemblée Nationale avait invité les ministres Edouard Nduwimana et Martin Nivyabandi, respectivement ministre de l’intérieur, et ministre en charge du développement communal, mais le ministre Nduwimana n’a pas répondu au rendez-vous.

Les questions ont tourné autour de l’autonomie financière de la Mairie dont la situation est qualifiée aujourd’hui de précaire par les parlementaires.

Tour à tour, les parlementaires ont indiqué que les communes de la Mairie ont un budget de fonctionnement mensuel qui est de loin incapable de répondre aux attentes de la commune, soit une enveloppe qui varie entre 100 et 300 milles.

Selon ces parlementaires, certains conseils communaux de la Mairie ne fonctionnent plus normalement notamment parce que la Mairie de Bujumbura ne cesse de collecter les taxes communales en laissant les communes dans une extrême pauvreté.

Cette situation perdure depuis 2010 malgré la promesse des ministères concernés par la volonté du gouvernement à chercher une autonomie effective pour ces communes, ont-ils souligné.

Aujourd’hui ces parlementaires estiment que les ministères n’auraient la volonté politique de résoudre le problème, raison pour laquelle le ministre de l’intérieur s’est absenté sous prétextes qu’il aurait été pris par un autre programme.

Le ministre Martin Nivyabandi a dit que chaque fois qu’il y a changement, la résistance ne manque là où il ya des hommes.

« D’ici deux ou trois mois le projet de loi portant décentralisation des communes de la Mairie de manière effective aura trouvé une issue », les a-t-il tranquillisés.

Le ministre Nivyabandi, même si visiblement il n’a pas convaincu la chambre basse, a dit que la commission qui a été mise en place pour venir à bout de la question est à l’œuvre.

L’autre question concernait le projet FONIC par le Fond National d’Investissement Communal.

Les parlementaires estiment que les fonds que le gouvernement oriente vers la réalisation des projets dans les communes du pays ne devraient pas passer par FONIC avant d’arriver vers les comptes communaux. Selon eux, le transfert d’argent du gouvernement vers FONIC au lieu d’être acheminé directement vers les communes suscite beaucoup de zones d’ombres puisqu’il servirait de brèche pour la corruption et les malversations économiques.

Le ministre Martin Nivyabandi a de sa part dit que le projet FONIC a aussi un rôle à jouer puisqu’il a pour mission de collecter des investissements destinés aux communes.

L’absence du ministre de l’intérieur qui serait à Kayanza pour les affaires du parti au pouvoir a créé un tollé.

« Il est paradoxal de constater qu’on élabore les lois et être les premiers en même temps à les violer », a dit Karenga Ramadhan en faisant implicitement référence à l’absence d’Edouard Nduwimana.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

553 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
le compteur des retenues démarre à la fonction publique,(popularité : 3 %)

La sécurité des témoins, une des solutions pour l’impunité au Burundi ,(popularité : 3 %)

Statut de l’opposition politique, un mal pour la démocratie au Burundi ,(popularité : 2 %)

Ce projet de loi ne créera-t-il pas de remous à l’instar de celui sur la presse ?,(popularité : 2 %)

Quid sur la déclaration de guerre contre Bujumbura ,(popularité : 2 %)

Pas de négociations entre le CNDD-FDD et l’ADC ikibiri en Suisse ,(popularité : 2 %)

Festus Ntanyungu : nouveau président du Forum permanent de dialogue politique ,(popularité : 2 %)

Grève : Plaidoirie pour un terrain d’entente,(popularité : 2 %)

Le Sénat réclame la suspension de l’administrateur de Nyabikere,(popularité : 2 %)

Pascaline Kampayano dément les propos du porte-parole du président ,(popularité : 2 %)