Il vient passer une année sous les verrous




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 29 novembre 2012  à 06 : 07 : 51
a

Ca fait exactement une année, jour pour jour que notre confrère journaliste Hassan Ruvakuki de la radio Bonesha et correspondant de la Rfi en kiswahili vient de passer sous les verrous. Tour à tour, les chefs d’inculpation contre sa personne ont changé.

Retour sur cette affaire qui a défrayé la chronique des médias au cours cette année

Pendant l’après midi du 28 novembre 2011, Hassan Ruvakuki est arrêté par des éléments du service national des renseignements alors qu’il vaquait à ses activités quotidiennes. Juste après son arrestation, il est conduit manu militari en province de Cankuzo où il est détenu dans les cachots du camp militaire de Mutukura. Les autres journalistes apprendront plus tard qu’il est accusé de participation à une rébellion.

Quelques jours plus tard, le parquet de Cankuzo a requalifié ladite infraction de complicité avec les terroristes. Par la suite Hassan Ruvakuki a quitté le camp militaire de Mutukura pour être interné à la prison de Ruyigi, toujours à l’Est du pays.

Au mois de février de cette année, le correspondant de la RFI en langue Swahili a changé de nouveau la prison et a été transféré à Muramvya, au centre du pays.

Sept mois plus tard, il a été condamné à une peine de servitude pénale à perpétuité, en date du 20 juillet 2012.

Sa défense a interjeté appel tout de suite mais Hassan Ruvakuki ne comparaîtra que trois mois plus tard. Son procès, qui d’ailleurs aura vu la participation des diplomates accrédités à Bujumbura, est entré dans le fond en novembre de cette année. L’affaire a été mise en délibéré et le verdict tombera le 8 janvier 2013.

La presse Burundaise à travers l’Union Burundaise des Journalistes UBJ et de la société civile estiment que l’issue de ce procès dépendra de la volonté politique du pouvoir de Bujumbura car cette affaire est teintée de connotation politique selon eux au moment où le journaliste n’a fait que son travail en tendant effectivement le micro aux rebelles.

La diplomatie française et l’ONG reporter sans frontières se disent préoccupées par l’emprisonnement de ce notre confrère Hassan Ruvakuki et plaident pour une justice équitable ce mercredi.
.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

314 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 5 %)

Muyinga /CVR Les agents de déposition sont déjà désignés sur les collines,(popularité : 4 %)

Deux pays différents deux justices différentes : Sinduhije libéré ce mardi ,(popularité : 3 %)

Pierre Claver Mbonimpa devant la justice ce vendredi,(popularité : 3 %)

Le FORSC satisfait de l’appel de l’UE contre des agents cités dans des assassinats,(popularité : 3 %)

Affaire Nyakabeto : lourdes sanctions contre les opposants à l’expulsion,(popularité : 3 %)

Le procès de Gatumba : Des cadres de la police dans la ligne de mire de la défense,(popularité : 3 %)

MAHOPA : fuite ou enlèvement ?,(popularité : 3 %)

Le rapport des massacres de Gatumba « remis à qui de droit » ,(popularité : 3 %)

Les inquiétudes de la LDGL dans la sous région,(popularité : 3 %)