Les marchés publics souffrent plus de l’absence de valeurs éthiques




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 20 décembre 2012  à 18 : 11 : 59
a

Le professeur Michel Masabo estime que la corruption qui fait parler d’elle dans la passation des marchés publics au Burundi depuis un certain temps réside beaucoup plus du fait que les autorités relèguent à l’écart de les valeurs éthiques qui, sous d’autres cieux, constituent des fondements des nations.

Au cours d’une conférence de presse pendant laquelle ce professeur a rendu public les résultats de ces recherches sur le mal de la corruption et les malversations économiques qui rongent la passation des marchés, Michel Masabo a dit que les textes de loi régissant les marchés publics sont clairs. Le mal réside aujourd’hui dans la mise en place de ces textes, a souligné Michel Masabo.

Il a déploré la complicité qui existe entre les responsables de passation des marchés publics et les commerçants et qui cause un manque à gagner énorme au trésor de l’Etat.

"Les responsables se glorifient malheureusement après avoir violé les lois qui, ailleurs dans les pays, sont les ciments du secteur de l’économie", a-t-il dit en rappelant pour illustration le cas du port de Bujumbura dont l’exploitation a été cédée à une association dénommée Global Port Services alors qu’elle était fictive à l’époque.

Michel Masabo estime que quand le bénéficiaire du marché a été choisi en violation de la loi et souvent sans avoir des compétences nécessaires, le pays perd énormément.

De la part de Michel Masabo , il y a préalablement la publicité dans les journaux avant tout passation de marché public d’un quelconque produit.

Chaque année les dossiers de passation des marchés publics devraient être connus du public pour plus de transparence, a indiqué le Professeur Michel Masabo.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

219 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Serait- il actionnaire de Burundi- Brewery ?,(popularité : 7 %)

L’OBR face au manque du civisme fiscal ,(popularité : 5 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 5 %)

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 4 %)

Le Président du FIDA, Kanayo F. Nwanze visite le Burundi,(popularité : 4 %)

La Banque Mondiale approuve 35 millions de dollars pour le Burundi ,(popularité : 4 %)

Des vices dans le projet de loi portant Budget de l’Etat 2013 ,(popularité : 4 %)

Quelles devraient être les solutions de survie de la presse ? ,(popularité : 4 %)

Doing Business : Le Burundi Meilleur réformateur économique, mais toujours insatisfait,(popularité : 4 %)

L’Olucome appelle les bailleurs à financer les projets de développement plutôt que les activités de l’Etat,(popularité : 4 %)