Sa décision ne rime pas avec la constitution




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 27 décembre 2012  à 18 : 43 : 39
a

Le délégué général du Forum pour le Renforcement de la Société Civile, Pacifique Nininahazwe, estime que la décision visant l’interdiction des réunions publiques des partis politiques regroupés dans l’ADC par le ministre de l’intérieur est anticonstitutionnelle et risque de tourner mal plutôt pour le pays ce mardi.

Selon lui, la constitution n’interdit nulle part la coalition avant la campagne électorale, « ce qui n’est pas interdit est permis »a-t-il souligné .

Par contre elle interdit aux pouvoirs publics de ne pas s’ingérer dans l’organisation des partis politiques en prenant à témoin l’article 80 selon lequel « La loi garantit le non ingérence des pouvoirs publics dans le fonctionnement interne des partis politiques , sauf pour ce qui est des restrictions nécessaires à la prévention de la haine ethnique , politique , régionale , religieuse ou de genre et au maintien de l’ordre public ».

Le forsc juge que« Les partis politiques et les coalitions doivent promouvoir la libre expression du suffrage et participent à la vie politique par des moyens pacifiques » comme le stipule l’article 79 de la constitution.

Cette réaction du FORSC fait suite à la récente décision du ministre de l’intérieur, Edouard Nduwimana, qui a accordé un mois aux partis politiques de s’entendre et se trouver un porte parole représentant les partis de l’opposition regroupés au sein de l’opposition extraparlementaire. A la même occasion, il déclaré en même temps illégal l’ADC-Ikibiri.

Pour le délégué Général du FORSC, cette décision cache plutôt la volonté pour le pouvoir de Bujumbura de ne pas promouvoir le débat contradictoire.

Il a dit que la constitution de la république du Burundi permet aux partis politiques qui le désirent de travailler ensemble s’ils le désirent pendant ou même après la campagne électorale.

Pacifique Nininahazwe indique que la décision du ministre de l’intérieur exigeant les gouverneurs à ne pas permettre l’organisation des réunions des partis de l’ADC est entachée de zones d’ombres.

Selon lui, le ministre de l’intérieur n’a pas été précis. Il devrait à travers cette décision en spécifier si les réunions d’au moins deux ou trois partis membres de l’ADC-Ikibiri pouvaient se tenir ou non.

Pacifique Nininahazwe de sa part indique que l’absence de débat contradictoire est de nature à entrainer le pays dans la violence comme dans la passé et demande en même temps à la communauté internationale de suivre de près l’évolution politique de ce pays.

Fréderic Bamvuginyumvira, vice président du Frodebu, l’un des partis membres de l’ADC, dit que cette coalition n’obtempère pas. Il a signalé qu’ils vont s’entendre avec les membres de ce parti pour savoir le comportement à adopter face à cette décision du ministre de l’intérieur.

Le ministre de l’intérieur indique qu’il se réfère sur l’article 81 pour prendre cette décision. Selon cet article, « les partis politiques peuvent former des coalitions lors des élections, selon des modalités fixées par la loi électorale ».




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

486 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 13 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 6 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 3 %)

Les Evêques du Burundi déplorent les exécutions « sauvages » des citoyens ,(popularité : 3 %)

Le président de l’ADC Ikibri se présente demain devant la justice,(popularité : 3 %)

L’ADC-Ikibiri tentée par l’usage de la force pour obliger le gouvernement à négocier,(popularité : 3 %)

Le Frodebu plaide pour la mise en place de la Haute Cour de Justice au Burundi ,(popularité : 3 %)

Un bâtiment demandé par le Burundi en mémoire des bonnes relations sino-burundaises ,(popularité : 3 %)

Burundi : Suspension de certains partis politiques et de l’Association RPA,(popularité : 3 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 3 %)