Budget 2013 : Le sénat s’interroge




Par: Marc Niyonkuru, , lundi 31 décembre 2012  à 10 : 41 : 45
a

Les sénateurs burundais estiment que la hausse des taxes pour les produits de la REGIDESO , le téléphone vers l’étranger, les produits pétroliesr et autres, prévue dans le budget de l’Etat exercice 2013 risquent de constituer une entrave pour la réalisations de programmes de développement prévus au cours de cette année.

Au cours des questions orales relatives des sénateurs burundais au ministre des finances lors de l’adoption du projet de loi portant budget de l’Etat exercice 2013 , les sénateurs ont soulevé une série de préoccupations sur celui-ci.

Les réserves en devises dans le trésor de l’Etat vont durer seulement 3 mois et 15 jours alors qu’au minimum elles devraient être disponibles pendant 6 mois.

D’un côté le sénat se demande si aujourd’hui le gouvernement de Bujumbura a un droit de regard sur les devises dont bénéficient les organisations de la société civile puisqu’elles sont acheminées par les bailleurs pour l’intérêt de la population burundaise de prime abord. De l’autre, les sénateurs s’interrogent si le gouvernement parvient à contrôler les services redus par les bureaux de changes ici à Bujumbura.

Le ministre des finances Tabou Abdallah Manirakiza, a dit que les organisations de la société civile et même les particuliers qui ont des comptes en devises ont reçu l’obligation d’ouvrir leurs comptes en devises dans la Banque Centrale d’ici six mois à défaut de quoi les sanctions vont tomber.

Il est prévu la hausse des taxes pour les produits de taxes pour les produits de la GEGIDESO, le téléphone vers l’étranger, les produits pétrolier et autres prévue dans le budget de l’Etat exercice 2013. Et aux sénateurs de s’interroger si cette situation ne risquent elle pas de constituer une entrave pour la réalisation des programmes de développement pour le pays puisque dans le passé cette hausse a toujours été décrié par la population. « Ce ne sont que des prévisions nous aurons le plan B en cas d’échec », a souligné le ministre des finances.

L’autre question qui a retenu l’attention des sénateurs lors de l’analyse et l’adoption de ce projet de loi concerne les dettes du Burundi envers les banques et les institutions parapubliques et privés. De la part des sénateurs, les dettes de l’Etat sont de natures à constituer une entrave pour le développement économique du pays. Le ministre a dit que jusqu’à présent le gouvernement n’a pas de dettes envers les banques mais qu’il doit 300 milliards envers certaines institutions dont la REGIDESO.

Les sénateurs ont parlé de disparités dans le financement des communes des projets par le Fond National d’Investissement Communal, FONIC, qui, cette année 2013, a reçu un fond de plus de 9 milliards de nos francs. Tabou Abdallah Manirakiza a dit cela relève de la politique de décentralisation qui se cherche encore.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

572 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 9 %)

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 3 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 3 %)

Taux d’intérêt bancaire, un casse-tête,(popularité : 2 %)

Lycée Kiremba-Sud : Finie l’obscurité,(popularité : 2 %)

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?,(popularité : 2 %)

L’API appelle à la diversification des cultures d’exportation en plus du thé et du café,(popularité : 2 %)

L’OAG s’inscrit en faux contre le "deux poids deux mesures" sur l’IPR,(popularité : 2 %)

Le parlement renvoie au gouvernement le projet de loi sur le payement des impôts des cadres de l’Etat ; les indignés se dévoilent ,(popularité : 2 %)

L’Olucome appelle les bailleurs à financer les projets de développement plutôt que les activités de l’Etat,(popularité : 2 %)