Echec d’un projet d’élevage de poules suite aux fêtes de fin d’année




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 9 janvier 2013  à 13 : 15 : 16
a

Il ne reste que moins de 2 milles poules pondeuses sur plus de 12 milles que la population des deux communes de la province de Ngozi avaient reçues sur financement de la FAO, Food and Agriculture Organisation, il y a moins de deux mois, selon le docteur vétérinaire de cette province de Ngozi, Dr Alain Bimenyimana.

Selon cet ingénieur agronome, chaque famille avait reçu six poules pondeuses et un coq. Ces familles devraient traiter avec précaution ces poules afin d’accroître la production de ces animaux domestiques à la longue puisque les concentrés leurs étaient distribués. Hélas, la population a jugé bon de les manger.

Comme prétexte ces personnes des communes de Mwumba et Nyamurenza bénéficiaires de ces poules, indiquent qu’elles ne pouvaient pas mourir de faim alors que des poules sont à l’intérieur de leurs maisons. « Il aurait été erroné de passer deux jours sans mettre sous la dent pendant les deux fêtes de noël et du nouvel an alors sept poules dont un coq sont à l’intérieur de la maison » ont-elles souligné.

D’autres indiquent qu’elles ont été incapables de faire nourrir ces poules puisque même la direction provinciale de l’agriculture et de l’élevage de Ngozi avait cessé de leur distribuer les vivres des ces dernières.

Le directeur provincial de l’agriculture et de l’élevage dans cette province de Ngozi , Dr Alain Bimenyimana, estime de sa part que bien que la direction ait été incapable de distribuer ces concentrés, les responsables collinaires n’ont pas aidé dans la sensibilisation des dirigés sur les bienfaits de ces poules.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

777 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
La sexualité reste un sujet tabou au Burundi. Alors ?,(popularité : 14 %)

Burundi : La lèpre, une maladie qui frappe encore la population burundaise ,(popularité : 12 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 11 %)

Rumonge : Les personnes vivant avec le VIH/SIDA en difficultés,(popularité : 11 %)

Commémoration du 22e anniversaire de l’assassinat des élèves du Lycée Kibimba,(popularité : 11 %)

Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé,(popularité : 10 %)

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge ,(popularité : 10 %)

Mwaro : La pression démographique, un défi à l’enseignement,(popularité : 10 %)

Hôpital Roi Khaled : Les infirmiers décrient l’absence à la garde des médecins spécialistes,(popularité : 10 %)

Gihanga, 700 Fr Bu pour acheter un bidon d’eau potable ,(popularité : 10 %)