Lettres de noblesses 2012 à Isanganiro




Par: Désiré Nimubona Marc Niyonkuru, , vendredi 11 janvier 2013  à 16 : 57 : 44
a

La radio Isanganiro, émettant depuis Bujumbura depuis 2002 a été la première à voir ses journalistes recevoir des prix pour cette année 2012 qui vient de s’achever.

C’est au cours de cette même année que cette même radio a fêté ses dix ans d’existence. Sa fête coïncide aussi avec les 50 ans d’indépendance du pays.

La radio Isanganiro a donc servi au pays surtout dans le rapprochement des communautés burundaises et tout cela, dans un professionnalisme avéré. Le monde l’a vu, le monde l’a su et a applaudi d’où d’ailleurs des prix qui sont tombés cette année comme une pluie.

Au total 6 journalistes de la radio Isanganiro ont été primés au cours de l’année 2012 pour leurs productions. Les sujets de leurs œuvres avaient trait à la promotion des droits de l’homme dans la sous région en général et au Burundi en particulier.

Retours sur ces images de la Radio Isanganiro, qui ont poussé même les chefs des États de la sous Région, des Experts et même les population locales, régionales ou internationales à applaudir.

Elle s’appelle Hortence Iradukunda. Elle a commencé à exercer ce métier dès son bas âge comme enfant journaliste. Elle a été primée pour son émission sur la problématique des droits des veuves. Son travail prouvait que la société Burundaise n’entend pas laisser la femme veuve gérer les biens qui ont été laissés par le mari après sa mort. Elle jeune c’est vraie, mais..., son émission sur les veuves dans ce pays qui n’en manquent pas d’ailleurs, a fait que les esprits fortement intellectuels soient convaincus en un laps de temps.

Les dames ont été à l’honneur cette année. Annick Ndayiragije a enfoncé le cloue. Détentrice d’une licence en communication et développement communautaire, et dans un proche avenir d’une maitrise en Journalisme, Annick Ndayiragije avait travaillé sur le commerce des jeunes filles burundaises opéré par des étrangers. Ses sœurs, ou tout simplement les tiennes sont "exportées" comme le café, le thé, le coton et quoi encore, vers le Liban sous le silence absolu des ... pour servir comme prostituées. Son émission de 30 minutes a été primée par l’Union des Femmes Journalistes.

Patrick Mitabaro est rédacteur en chef depuis 2009. Son travail qui porte sur les pratiques de la sorcellerie et met en exergue les travers de la justice dans ce domaine. La population et l’administration accusent ces femmes d’être sorcières. Mais le parquet n’arrive cependant pas à prouver de telles pratiques que ces dernières qualifient d’invectives à leur égard et qui les poussent à être chassées de leurs propriétés dans les communes de Murwi et Mugina de la province Cibitoke à l’Ouest du pays .

L’autre heureux gagnant du prix 2012 dans le domaine de la presse est Olivier Nkengurutse . Celui-ci a travaillé sur la problématique de l’indépendance de la justice devant l’exécutif. Ses invités au cours de l’émission prouvent que depuis l’indépendance du Burundi l’exécutif a la main basse sur la justice au Burundi. Les deux, Patrick Mitabaro et Olivier Nkengurutse ont été appaludi par le régulateur burundais. Ici les gens l’appellent le CNC. Et c’est ce dernier qui les a primés.

Christine Ntahe , ancienne journaliste à la Radio Télévision Nationale du Burundi , RTNB, aujourd’hui en retraite mais qui continue à animer une émission préférable des enfants sur la radio Isanganiro. Elle a reçu un prix le 21 septembre 2012 . Christine Ntahe a été primée le jour de la célébration de la journée internationale de la paix pour avoir créé un pont entre les enfants de la rue et ceux des parents aisés en leur accordant le micro.

Cette mère journaliste, défenseur des droits de l’enfant, estime que les enfants pourraient être les apôtres de la paix et de la réconciliation au regard de la façon dont ils aiment les bonnes valeurs. Vous vous étonnerez quand vous la verrez faire des déplacements en ville à coté des enfants de la rue. Certains d’ailleurs d’entre nous croient que ces enfants sont dangereux, mais Ntahe, elle les considère comme les siens ! Certains mangent chez elle chaque dimanche, malgré la cherté de la vie de ces derniers jours.

Le prix Comesa Médias Awards a aussi été gagné pour la deuxième fois par Audace Machado en 2012. Le journaliste s’était attaché à prouver que les richesses des pays africains en général peuvent aussi constituer leurs sources de malheurs.

Audace Machado est, il faut le dire, l’une des rares personnes qui sont habituées aux applaudissements des chefs des Etats au moments où ce sont les chefs des Etats qui sont applaudis ! La radio Isanganiro aura donc vu tous les plaisirs qu’un parent aimerait avoir au vu de ses enfants.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

491 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %





Les plus populaires
Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques,(popularité : 5 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 5 %)

L’Union Européenne déçue par la nouvelle loi sur la presse ,(popularité : 4 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 4 %)

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo ,(popularité : 4 %)

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.,(popularité : 4 %)

PSG : Les agents crient à l’injustice,(popularité : 4 %)

Tollé autour d’un probable détournement de plus de 12 millions de Fbu ,(popularité : 3 %)

Village Health Works veut construire un pavillon pour la santé de la mère au Burundi ,(popularité : 3 %)

La COSYBU plaide pour une harmonisation salariale juste ,(popularité : 3 %)