Malversations à la RTNB, le Syndicat SYRT dénonce un détournement d’1.5 milliards chaque année




Par: Désiré Nimubona , mercredi 9 novembre 2011  à 12 : 00 : 29
a

Le Syndicat des Travailleurs de la Radiotélévision Nationale du Burundi (SYRT) dénonce « la gestion douteuse d’un montant d’un milliard et demie par an » selon un communiqué sorti ce mardi soir par le secrétaire général du SYRT, Ir. Salvator Barutwanayo.

D’après Barutwanayo, il faut « un audit externe » pour savoir la destination de cette somme, qui, selon le syndicat, provient de la location des équipements et signaux par les télévisions locales et des radios, locations des pilonnes et antennes par les radios et autres opérateurs.

Le syndicat avait entamé un mouvement grève le 3 novembre 2011, pour réclamer le reclassement des employés et l’octroi des 10% promis et donnés par le président Pierre Buyoya en 2001 et des 15% octroyés par le président Pierre Nkurunziza en 2008, mouvement suspendu à l’issu de l’assemblée général de ce 7 novembre 2011.

Selon le communiqué, avant même la fin de cette grève, « le Directeur Général avait déjà suspendu le chef de service commercial et son adjoint d’une part » pour s’éloigner des éléments gênants ; « d’autre part une trentaine de chefs de section viennent d’être remplacés et des chefs de service demis de leur fonction illégalement et d’autres séquestrations sont en cours, » dans le but d’ interdire aux syndicalistes de mettre à nu tous les cas de malversations imputables à la direction, selon le syndicat.

Alors que les différentes autorités comprennent le bien fondé des revendications selon le SYRT, les membres du syndicat trouvent qu’au lieu de résoudre les problèmes soulevés, la direction a opté pour les divisions internes des travailleurs, ce qui est considéré comme une stratégie de dissuasion de la part de la direction pour empêcher les employés de se concentrer sur leurs revendications.

Le personnel de la radiotélévision nationale, membres du SYRT, n’exclut pas un mouvement fort de contestation par une « marche manifestation, » pour demander « la suspension immédiate de ces représailles ».

Le Directeur de la Radiotélévision National Channel Sabimbona n’a pas encore réagi à ces accusations de malversations.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1393 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Neuf millions de dollars américains chaque année alloues à la lutte contre le paludisme



a

Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées



a

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons



a

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari



a

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza



a

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune



a

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités



a

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama



a

Editorial : « Eduquer ou Périr »



a

Rumonge : Pots de vin pour corriger l’Examen d’Etat !





Les plus populaires
Neuf millions de dollars américains chaque année alloues à la lutte contre le paludisme,(popularité : 40 %)

Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées,(popularité : 29 %)

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons ,(popularité : 15 %)

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari,(popularité : 7 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 7 %)

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités ,(popularité : 6 %)

Mayengo : Les conditions de vie se détériorent,(popularité : 4 %)

Bujumbura : Chasse aux Prostituées,(popularité : 4 %)

Vers la reprise des cours dans les universités privées,(popularité : 3 %)

La sexualité reste un sujet tabou au Burundi. Alors ?,(popularité : 3 %)