Le charbon de bois , un produit rare à Bujumbura




Par: Bernard Bankukira , mardi 22 janvier 2013  à 13 : 19 : 54
a

Les ménages de la capitale Bujumbura font face à un manque criant de charbon suite au récent projet de loi portant réglementation de la sécurité routière, a-t-on appris de certains habitants de la capitale ce lundi.

Selon les propos des habitants de la Mairie de Bujumbura, ce projet de loi réserve de lourdes sanctions contre les excès de chargement des camionnettes de ce produit, raison pour laquelle les commerçants de ce produit ont peur d’être surpris dans de telles erreurs.

Les commerçants qui parviennent à acheminer sur Bujumbura des sacs de charbon revoient à la hausse le prix de ce produit. Durant une semaine que vient de durer ce projet de loi, un sac de charbon qui s’achetait à 28 milles francs bu s’achète à 50 milles francs bu soit une augmentation près de 200%.

Ces commerçants ne savent plus à quel saint se vouer puisqu’ils sont contraints d’accepter de charger avec excès ces voitures à défaut de travailler à perte.

Au moins 17 camionnettes qui transportaient ce produit aujourd’hui rare en Mairie de Bujumbura ont été refusé de regagner Bujumbura suite un excès de chargement. Elles se trouvent aujourd’hui bloquées à Nyabiraba à plus de 20 Km de Bujumbura, selon les propos de ces commerçants.

D’autres ont été empêchées de regagner la capitale à Matana , soit à plus de 100 Km pour aussi avoir refusé de se joindre au nouveau projet de loi régissant la circulation routière.

Ces commerçants indiquent qu’ils attendent la levée de la mesure qui, selon eux, les acculent à travailler à perte pour continuer leur travail.

Jusqu’à présent les instances habilitées ne se sont encore exprimées sur la question.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

399 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative





Les plus populaires
La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée,(popularité : 5 %)

Malversations à la RTNB, le Syndicat SYRT dénonce un détournement d’1.5 milliards chaque année,(popularité : 4 %)

Rumonge : Le DCE sacrifie certains cours au lycée communal Cabara pour des intérêts inavoués,(popularité : 3 %)

Rumonge : L’enseignement en crise,(popularité : 3 %)

La remise en cause de la partialité de la CNTB,(popularité : 2 %)

Une guerre de mots entre Sérapion et Pontien,(popularité : 2 %)

Bururi : Des huttes côtoient des villas au chef-lieu de la province,(popularité : 2 %)

Burundi , meilleur élève de la francophonie,(popularité : 2 %)

Euphrasie Barute, « persona non grata »,(popularité : 2 %)

Des innovations dans l’éducation supérieure, le ministre nous en fait le point,(popularité : 2 %)