Village Health Works veut construire un pavillon pour la santé de la mère au Burundi




Par: Désiré Nimubona , mardi 22 janvier 2013  à 16 : 34 : 39
a

Le Village Health Works (VHW), une organisation américaine va bientôt construire au Burundi un pavillon d’une valeur de plus de 1.5 million de dollars américains pour les femmes. C’est hôpital « au service complet » souligne le fondateur de cette organisation humanitaire Deo Niyizonkiza, annonçant des intentions d’élargir la clinique humanitaire de Kigutu, fonctionnelle depuis plus de 6 ans.

Touché par la négligence et surtout la perte des vies humaines au Burundi, Deo Niyizonkiza annonce que l’intention de cet élargissement des services sanitaires de la clinique de Kigutu, concerne la femme, cet être qui semble être oubliée et malmené. La femme donne la vie, il faut la protéger, renchérit le patron de Village Health Works.

« Pour remédier à la négligence choquante et terminer les mauvais traitements des contre les femmes dans ce pays, Village Health Works entamera bientôt la construction d’un hôpital à service complet, c’est-à-dire un pavillon de la santé des femmes.

Le coût de construction initiale est estimé à 1,5 million de dollars, et le matériel médical pour équiper les salles d’opération, des salles d’accouchement, l’unité de soins intensifs, unité néonatale, et les salles d’hospitalisation va ajouter 1 million de dollars » pour faire un total de 2.5 millions de dollars, annonce Deo Niyizonkiza dans son interview avec la radio Isanganiro.

En améliorant la santé de la mère burundaise par cet hôpital ultramoderne prôné par le fondateur de Kigutu, le Burundi pourra quitter la liste des pays dont le taux de mortalité infantile est le plus élevé.

Au moment où les indicateurs sanitaires burundais sont au rouge, Village Health Works veut donner une autre image aux burundais : celle des citoyens en bonne santé. Ainsi, la santé n’étant pas un ilot indépendant, cette organisation veut arriver à mettre en contact les médecins burundais avec les centres de recherches afin d’éradiquer la mort des mères en train de donner la vie.

Cette ONG ne supporte pas un accouchement sous l’arbre ou sous la lune comme cela arrive dans certaines circonstances. Selon cette organisation, la femme doit accoucher dans de bonnes conditions et doit être soignée dans une structure sanitaire digne de nom et qui honore le rôle de mère dans la société.

« Le Pavillon de la santé des femmes sera un hôpital d’enseignement à part entière », ce qui permettra d’étendre ses programmes dans des d’écoles américaines ou burundaises de médecine de premier plan, telle que l’Université de Columbia nous dira Déo Niyizonkiza.

Des visites chez les médecins spécialistes même à l’étranger aideront à former les burundais et les infirmiers dans des méthodes médicales actuelles et à apprendre, à leur tour, les défis de la pratique de la médecine dans un contexte comme la clique de Kigutu, nous dira le fondateur de Village Health Works.

Les défis de ce projet

Fondée aux Etats Unis, Village Health Works travaille au Burundi, loin de la capitale burundaise. Installé à chevale entre la Commune de Rumonge et Vyanda, la clinique connait un manque de courant électrique depuis sa création en 2007.

La ligne électrique à haute tension reliant Nyanza-lac et Rumonge passe à à peu près 5 km mais cette clinique humanitaire n’est pas servie en courant. Selon Deo Niyizonkiza le Gouvernement est sollicité afin de comprendre la contribution de Village Health Works pour lui faire une ligne du courant électrique. Ce manque de courant électrique fait que pas mal d’équipements reste non opérationnel.

Une autre difficulté selon le patron de Village Health Works est le manque d’information sur le Burundi. Selon lui, le Burundi n’est pas connu des grands médias mondiaux et cela complique la tache des mobilisateurs de financements qui doivent fournir beaucoup d’efforts pour convaincre.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

746 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
L’ISTEBU valide la stratégie nationale de la statistique 2016-2020,(popularité : 8 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 7 %)

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara,(popularité : 6 %)

Burundi : La lèpre, une maladie qui frappe encore la population burundaise ,(popularité : 6 %)

La Télévision Nationale : Des fortes pluies ont endommage son émetteur ,(popularité : 5 %)

Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé,(popularité : 5 %)

Bujumbura : Chasse aux Prostituées,(popularité : 5 %)

Gihanga, 700 Fr Bu pour acheter un bidon d’eau potable ,(popularité : 5 %)

Deux corps enterrés et non décomposes après plus de trois mois,(popularité : 5 %)

Hôpital Roi Khaled : Les infirmiers décrient l’absence à la garde des médecins spécialistes,(popularité : 5 %)