le Burundi est il à l’abri des risques de catastrhes ?




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 24 janvier 2013  à 11 : 01 : 37
a

Le Commissaire de Police Fabien Ndayishimiye indique que la volonté politique de Bujumbura dans la protection du peuple burundais contre les risques et catastrophes est loin de se traduire en acte.

Au cours d’une rencontre avec les partenaires sur la plate forme nationale et régionale pour la protection et la prévention des catastrophes au Burundi ce mardi, le président de la plate forme pour la protection et la prévention des catastrophes au Burundi, le Commissaire de Police Fabien Ndayishimiye a indiqué que jusqu’à présent le Burundi n’a pas de base légale en matière de protection des catastrophes.

« Nous continuons à faire un lobbying pour que le projet de loi aujourd’hui sur la table du gouvernement soit adopté » a-t-il souligné.

L’institution dont l’ancien directeur général de la police est à la tête a aussi un maigre budget à sa disposition qui ne pourrait en aucune façon lui permettre de venir à bout des catastrophes si une fois le pays aurait le malheur de les vivre.

« Nous avons moins de 10 camionnettes anti incendie au moment où le pays en a extrêmement besoin dans la plupart des provinces du pays. Cela témoigne que nous faisons face à un manque criant de moyens matériels, c’est pourquoi nous demandons que les pays et autres bienfaiteurs soient plus proches pour nous aider notamment en mettant ensemble des moyens matériels dont nous pourrions nous servir en cas de catastrophes" a t il indiqué .

Fabien Ndayishimiye indique que les pouvoirs publics devraient réserver une attention particulière à la problématique des catastrophes naturelles dans les provinces de l’ouest du Burundi notamment Cibitoke , Bubanza et Bujumbura où des tremblement de terre pourraient arriver au moment où le Burundi n’a rien prévue pour pallier cette catégorie de catastrophe.

« Une attention particulière devrait être aussi réservée au lac Tanganyika dans la préventions des catastrophes », a souligné le Général Fabien Ndayishimiye.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1045 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger



a

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises



a

Assemblée nationale : la réinsertion des enfants de la rue jugée peu productive



a

Bujumbura : grogne des taxi-vélos membres de la Sotavebu



a

Bujumbura : introduction d’un nouveau cahier de ménage



a

Karusi : une mère et ses trois enfants accueillis au bureau du CDFC



a

L’Aïd el-Fitr : les leaders appellent à l’unité des musulmans à l’approche des élections de 2020





Les plus populaires
Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 10 %)

L’ISTEBU valide la stratégie nationale de la statistique 2016-2020,(popularité : 6 %)

Le centre d’assistance intégrale pour les victimes des violences sexuelles moins connu à Muyinga.,(popularité : 6 %)

Le Burundi se dote d’un premier centre de traitement d’Ebola,(popularité : 5 %)

SOS : Manirakiza Donatien avec sa langue gonflée depuis sa naissance,(popularité : 5 %)

Muyinga : halte à la démographie galopante,(popularité : 5 %)

Les hépatites, maladies infectieuses dont plusieurs catégories de gens courent un risque ,(popularité : 5 %)

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises,(popularité : 4 %)

Bubanza : HONYORA UKARABE, un dispositif pour le lavage des mains ,(popularité : 4 %)

UB : des étudiants demandent la scission de la faculté Groupe science,(popularité : 4 %)