le Burundi est il à l’abri des risques de catastrhes ?




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 24 janvier 2013  à 11 : 01 : 37
a

Le Commissaire de Police Fabien Ndayishimiye indique que la volonté politique de Bujumbura dans la protection du peuple burundais contre les risques et catastrophes est loin de se traduire en acte.

Au cours d’une rencontre avec les partenaires sur la plate forme nationale et régionale pour la protection et la prévention des catastrophes au Burundi ce mardi, le président de la plate forme pour la protection et la prévention des catastrophes au Burundi, le Commissaire de Police Fabien Ndayishimiye a indiqué que jusqu’à présent le Burundi n’a pas de base légale en matière de protection des catastrophes.

« Nous continuons à faire un lobbying pour que le projet de loi aujourd’hui sur la table du gouvernement soit adopté » a-t-il souligné.

L’institution dont l’ancien directeur général de la police est à la tête a aussi un maigre budget à sa disposition qui ne pourrait en aucune façon lui permettre de venir à bout des catastrophes si une fois le pays aurait le malheur de les vivre.

« Nous avons moins de 10 camionnettes anti incendie au moment où le pays en a extrêmement besoin dans la plupart des provinces du pays. Cela témoigne que nous faisons face à un manque criant de moyens matériels, c’est pourquoi nous demandons que les pays et autres bienfaiteurs soient plus proches pour nous aider notamment en mettant ensemble des moyens matériels dont nous pourrions nous servir en cas de catastrophes" a t il indiqué .

Fabien Ndayishimiye indique que les pouvoirs publics devraient réserver une attention particulière à la problématique des catastrophes naturelles dans les provinces de l’ouest du Burundi notamment Cibitoke , Bubanza et Bujumbura où des tremblement de terre pourraient arriver au moment où le Burundi n’a rien prévue pour pallier cette catégorie de catastrophe.

« Une attention particulière devrait être aussi réservée au lac Tanganyika dans la préventions des catastrophes », a souligné le Général Fabien Ndayishimiye.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1006 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %





Les plus populaires
La Communauté Islamique divisée plus que jamais ,(popularité : 4 %)

Mayengo : Les conditions de vie se détériorent,(popularité : 4 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 3 %)

Le fonds mondial exige à SEP-CNLS le recouvrement de 283063 Dollars US,(popularité : 3 %)

Muyinga/Handicapés à l’école,(popularité : 3 %)

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques,(popularité : 3 %)

Burundi : Un hôpital couronné par le Président de la république,(popularité : 3 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 3 %)

Neuf millions de dollars américains chaque année alloues à la lutte contre le paludisme,(popularité : 3 %)

Formation pour la première année post-fondamentale,(popularité : 2 %)