Incendie du marché de Bujumbura, douleur à Dakar




Par: Désiré Nimubona , mercredi 6 février 2013  à 13 : 57 : 02
a

Au moins 45 sénégalais, appellent leur Gouvernement de leur venir en aide après l’incendie qui a ravagé le marché central de Bujumbura le 27 janvier 2013. Certains y auraient même perdu leurs documents administratifs.

« Nous sommes des sénégalais résidant au Burundi et nous y vivons depuis des années. Le drame survenu au marché central de Bujumbura nous a complètement ruinés. Nous avons presque tout perdu. Nos articles, nos économies et même nos papiers administratifs pour certains », se convie Thiam, un sénégalais commerçant de l’ancien marché de Bujumbura, au réseau des journalistes humanitaires sénégalais, le Sunucause.

Ces commerçants qui disent avoir été ruinés par l’incendie du marché de Bujumbura soulignent qu’ils avaient quitté leur pays surtout la ville de Dakar pour tourner des affaires au Burundi et les choses allaient bien.

Aujourd’hui, loin de leurs aïeux, ils appellent Dakar à les aider soit à redémarrer leur affaires, soit à rentrer dans leur pays.

« Nous ne refusons aucune aide des autorité. Même une assistance nous permettant de rentrer au pays regagner nos familles sera la bienvenue », disent-ils.

Cependant, certains des représentants de la communauté sénégalaise vivant au Burundi annoncent que, depuis l’incendie, ils n’ont pas eu d’aide de la part de leur Gouvernement et l’accusent même de les désorienter dans leurs demandes.

Le marché principal du Burundi, a pris feu dimanche 27 janvier dernier.
Tous les stands ont été totalement décimés et des marchandises parties en fumée. Une commission d’enquête a été nommée, est va donner son rapport dans deux mois.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

821 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes



a

Karusi : le lait de vache versé par manque de marchés



a

Une semaine aux responsables de la Regideso pour "rectifier le tir"



a

Le Lac Tanganyika , une voie de transport moins exploitée au Burundi



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout





Les plus populaires
Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes ,(popularité : 17 %)

Le barème d’octroi des ordres et frais de mission réorganisé au Burundi,(popularité : 9 %)

Des véhicules de l’armée, de la police, des ONG, des ambulances dans la fraude ,(popularité : 5 %)

Treize marchés brulés depuis 2001 : Les commerçants se lèvent,(popularité : 5 %)

Le Burundi est- il capable de jouir de sa souveraineté économique ?,(popularité : 5 %)

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation,(popularité : 4 %)

Nickel de Musongati : le gouvernement sort de son silence ,(popularité : 4 %)

Rumonge : L’huile de palme flambe,(popularité : 4 %)

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs ,(popularité : 4 %)

Le trafic va de mal en pis au port commercial de Rumonge ,(popularité : 4 %)