Incendie du marché de Bujumbura, douleur à Dakar




Par: Désiré Nimubona , mercredi 6 février 2013  à 13 : 57 : 02
a

Au moins 45 sénégalais, appellent leur Gouvernement de leur venir en aide après l’incendie qui a ravagé le marché central de Bujumbura le 27 janvier 2013. Certains y auraient même perdu leurs documents administratifs.

« Nous sommes des sénégalais résidant au Burundi et nous y vivons depuis des années. Le drame survenu au marché central de Bujumbura nous a complètement ruinés. Nous avons presque tout perdu. Nos articles, nos économies et même nos papiers administratifs pour certains », se convie Thiam, un sénégalais commerçant de l’ancien marché de Bujumbura, au réseau des journalistes humanitaires sénégalais, le Sunucause.

Ces commerçants qui disent avoir été ruinés par l’incendie du marché de Bujumbura soulignent qu’ils avaient quitté leur pays surtout la ville de Dakar pour tourner des affaires au Burundi et les choses allaient bien.

Aujourd’hui, loin de leurs aïeux, ils appellent Dakar à les aider soit à redémarrer leur affaires, soit à rentrer dans leur pays.

« Nous ne refusons aucune aide des autorité. Même une assistance nous permettant de rentrer au pays regagner nos familles sera la bienvenue », disent-ils.

Cependant, certains des représentants de la communauté sénégalaise vivant au Burundi annoncent que, depuis l’incendie, ils n’ont pas eu d’aide de la part de leur Gouvernement et l’accusent même de les désorienter dans leurs demandes.

Le marché principal du Burundi, a pris feu dimanche 27 janvier dernier.
Tous les stands ont été totalement décimés et des marchandises parties en fumée. Une commission d’enquête a été nommée, est va donner son rapport dans deux mois.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

797 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation



a

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout



a

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi



a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !





Les plus populaires
Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié ,(popularité : 10 %)

Le barème d’octroi des ordres et frais de mission réorganisé au Burundi,(popularité : 5 %)

L’hôtellerie à Gitega frappée par la crise à Bujumbura,(popularité : 5 %)

L’Agence Buundaise d’Investissement dresse un bilan positif et espère encore à un bon classement,(popularité : 5 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 4 %)

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau,(popularité : 4 %)

Burundi : Une nouvelle taxe sur éducation est en cours de préparation,(popularité : 3 %)

Le Burundi classé plus corrompus en Afrique de l’Est, mais avance en économie ,(popularité : 3 %)

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout,(popularité : 3 %)

Vente des hypothèques : un autre tare dans le système bancaire Burundais,(popularité : 3 %)