Patrice Mazoya libre, L’APRODH scandalisée




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 14 février 2013  à 07 : 21 : 47
a

Le représentant de l’APRODH se sert d’une ironie pour fustiger le procès prononcé contre l’ancien chef de zone de Nyabitare en commune de Gisuru de la province de Ruyigi Patrice Mazoya ce mercredi. « L’APRODH n’a pas du tout été surprise. L’issue du procès était prévisible », a-t-il souligné.

Patrice Mazoya a été blanchi par le parquet de Ruyigi dans un procès qui l’opposait d’Ernest Harimenshi, un jeune homme dont les bras sont aujourd’hui paralysés suite aux tortures qu’il a subies au cachot zonal en 2011. L’intéressé avait porté plainte mais les yeux restent braqués sur les imperfections qui ont émaillé le déroulement du procès comme le souligne le représentant de l’APRODH dans cette province de l’Est du Burundi.

Félicien Bikorimana, représentant de l’APRODH dans cette province de Ruyigi qui parle de parodie de justice dans ce procès, a relevé une série de manquements ayant charactérisé le déroulement du procès en date du 24 janvier.

Il a dit que le ministère public a refusé d’appeler les présumés accusés dans ce dossier, à savoir les militaires qui l’avaient torturé sur ordre du chef de zone sous prétexte qu’ils furent mutés ailleurs après l’infraction.

« L’avocat d’Ernest Harimenshi n’a pas eu aussi l’occasion de s’imprégner du contenu du dossier avant la tenue de la séance. Le ministère public ne lui a pas autorisé de plaider en faveur de son client », a-t-il souligné.

Outre la torture d’Ernest Harimenshi , l’ancien chef de zone est présumé accusé d’avoir tué trois personnes originaires de Nyabitatare en 2011. Ces hommes furent retrouvés trois jours plus tard sans vie alors qu’ils avaient été incarcérées dans cette zone, indique encore ce défenseur des droits de l’homme de Ruyigi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

501 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
L’EPU : le Burundi se garde de mettre en applications 39 recommandations ,(popularité : 3 %)

Le président de l’ADC-Ikibiri écouté par la justice ,(popularité : 3 %)

Karusi : La justice acquitte le policier Augustin Bigirindavyi, auteur présumé d’attentat meurtrier,(popularité : 3 %)

Blanchiment d’argent : Où est le procureur général de la république ? ,(popularité : 2 %)

Affaire Ruvakuki : Les avocats condamnent le transfert de leur client de Ruyigi vers Muramvya,(popularité : 2 %)

Criminalité : L’opposition salut l’incarcération de deux agents de la police et du SNR,(popularité : 2 %)

La privatisation des entreprises publiques entachée d’imperfections,(popularité : 2 %)

Pourquoi est-il sous les verrous ?,(popularité : 2 %)

Justice pour Ernest Manirumva : La société civile au front ,(popularité : 2 %)

Les femmes juristes s’intéressent aux veuves,(popularité : 2 %)